Praetoria Noctis


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Tiens la peste! Que faire de toi? [ La peste ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Caleb Stevens
    Force Verte ;; tout comme sa soeur... ou presque.

& then .. ?
Poudlard P. :
0/700  (0/700)
&. :
MessageSujet: Tiens la peste! Que faire de toi? [ La peste ] Dim 21 Nov - 14:39


    J’étais humain, c’était sur mais j’aimais sortir que le soir, c’était excitant et à la fois sur la réserve… il fessait tard, la nuit commencé a tombé, et j’étais bien mieux seul, j’avais besoin de l’être en tout cas…et pensé a ceux qui se passé dans ma vie en ce moment même… j’étais entrain de revivre, j’étais passé enfin a autre chose, maintenant j’avancé et pensé cas ceux que je tenais, et quand je voulais dire ceux que j’aime, c’était ma sœur…elle était la pour moi en ce moment, même si elle était parti pendant 1 semaines mais elle était enfin de retour…
    Elle aussi, elle avait un gros souci, en ce moment les Stevens, c’était orageux dans tout les sens du terme... brouillé par le noir qui occupé mes pensé et ma haine…
    Ma sœur, comptais énormément pour moi, même si je lui montré pas assez, cet événement qu’on a eu chacun de nos cotés, nous a fais que nous rapproché, en tout cas je le voyais comme ça, ma sœur était ma mère en quelque sortes, c’est elle qui m’a élevé, et qui fait la personne que je suis aujourd’hui…

    La personne que je suis aujourd’hui, ben j’arrive plus à me reconnaître ou est passé le Caleb que ma sœur aimait tant avant de rencontré Angie, elle avait tout changé en moi… J’étais aveuglé par l’amour, jusque cas que j’ouvre les yeux…sur elle, mais bon… Après, ça le Caleb était parti dans une autre personnalité que personne n’avait jamais vu… par contre, il s’enfonçait dans l’alcool et de plus en plus… passé les nuit dehors, a mordre n’importe qui, et le pire c’est de pas s’en rappelé par la suite, tellement que l’alcool était devenu ma drogue…
    Elle me soulagé, me soulagé de tout et carrément du mal que j’avais au fond de moi… si ma sœur me voyait ainsi, elle me secouerait d’un seul coup…
    J’avais changé et tant tout ça, il avait du positif, c’était sure et certains ! Il n’était plus le même…

    J’avais décidé de me changé les idées ce soir, j’avais envie d’être seul, je mettais dirigé vers la le terrain de quiddich, ou j’étais sure de pas trouvé quelqu’un dans le coin ici, c’était calme surtout quand la nuit tombe…
    Je marchais, bouteille a la main, elle n’était pas ouvertes pas encore en tout cas, je monté les marches du gradin, arrivé a une bonne hauteur je regardais en face de moi, c’était beau d’ici, on n’avait une belle vue… J’allais pour ouvrir la bouteille, et du coup je me disais qu’il était tant que j’arrête ces conneries, je pouvais boire mais pas a me saoulé comme je fais, je savais que s’allais être dure, car je ne pouvais plus m’en passé maintenant…

    Il fessait froid ce soir, je mettais assis et pensé a tout et a rien a la fois, je ne mettais pas vraiment penché sur ceux que je voulais vraiment dans la vie… je réfléchissais en ce moment, même trop…je me posais pas mal de questions, qui j’étais vraiment, ce que je devrais faire…en tout cas, j’avais bien de réponses a mes questions…
    J’étais dans mes pensé, j’étais loin, tellement loin que je ne remarquais pas qu’une personne était la quelque part qui avançait vers moi…
    Sur le coup, j’étais tellement ailleurs et d’un seul coup, j’avais pris ma bouteille de vodka, que je venais de jeté d’un seul coup en bas, elle vient a s’écrasé en mille morceaux …a terre, en fait, tout prêt de la personne qui venait d’arrivé, ce n’était pas fais exprès, mais en remarquant qui c’était, je venais de sourire et je la regardais en l’entendant ce mettre à crier…

    Tiens donc la peste ! Bon, a ce que je vois ta rien, quel dommage ! Je t’es raté de si peut !

    Je la regardais toujours avec un regard joueur, elle c’était la peste des serpentard, je ne l’aimais pas… je pouvais pas l’encadré, mais ce soir, j’étais bien parti pour déprimé, mais a vrai dire ça me fessait plaisir de la voir, j’allais joué enfin, puis on était loin de Poudlard, seul…et je commençais a avoir faim…mais du calme je vais pas lui sauté dessus, en tout cas pas maintenant, pas la, on va attendre un peu… ou sont passé mes bonne manières…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Diana Mortador
    || Serpentard | 7eme Année.
||  Serpentard  |  7eme Année.

& then .. ?
Poudlard P. :
250/700  (250/700)
&. :
MessageSujet: Re: Tiens la peste! Que faire de toi? [ La peste ] Lun 22 Nov - 10:23

La nuit. Le temps où les crimes sont passés sous silence. Elle traînait sa victime par les pieds, son visage s'écorchant sur les pavés traçait un chemin teinté de rouge que la jeune serpentard n'aura qu'à suivre pour rentrer au château. Elle titubait sous le poids du corps qu'elle tirait et c'est en tentant de garder l'équilibre tant bien que mal qu'elle continuait à avancer... Le corps semblait inerte mais la fille savait qu'il était toujours vivant, car elle ne l'avait pas tué. Pas encore. Pas ainsi. Enfin elle trouva un arbre et à l'aide d'un sortilège informulé y ligota sa victime qui se réveilla. Le garçon eut la bêtise de crier mais avait-il seulement ouvert la bouche qu'un couteau atterrit juste à côté de l'oreille gauche.

- A ta place je ne crierai pas. Tu n'aimerais pas me déconcentrer lorsque je lancerai un nouveau couteau, la jeune femme accompagna sa déclaration d'un beau sourire fou, son regard en parfait accord avec sa mimique.
- Je ne crierai plus ! Promis !
- Oh là c'est un brave garçon... Bon petit va.
- Mais qu'allez-vous me faire ?
- Je me suis toujours dit que certaines choses étaient faites pour rester secrètes... Ca donne une impression d'inédit ainsi... Tu n'es pas d'accord ?
- Allez-vous faire voir avec vos inédits !

La serpentard ne put retenir son rire plus longtemps. Le gamin en face d'elle tremblait et elle s'amusait.

- Oh ne sois pas ridicule mon mignon. Ta môman ne t'a donc jamais appris le respect ? Quel dommage je crains que je vais être obligée de te couper la langue pour ces grossièretés. Alors si tu avais l'amabilité d'ouvrir la bouche pour me faciliter la tâche...

Faisant jouer le couteau le long de sa propre langue elle s'approchait du petit insolant, quelques gouttes de sang pur coulaient de temps à autre le long de la lame. Tout était silencieux si ce n'était la respiration de la victime qui s'accélérait de plus en plus tandis qu'il se rendait compte qu'il ne pouvait pas se libérer de ses liens. Le rire de la folle se faisait de plus en plus aigu, de plus en plus fort.

- Fait ahhh ! lui chuchota-t-elle avec bonne humeur.

Et il fit ahhh... Au loin des oiseaux s'envolèrent et une chouette hulula. Puis tout fut à nouveau calme tandis que minuit sonnait ses douze coups... Le crime n'avait jamais eu lieu... ou en tout cas personne ne se rendrait compte qu'à Poudlard il existait un monstre coupeur de langue...


[...]

Plus de dix-huit heures plus tard.

Mon dos me grattait. Dans un râle je glissai ma main dans mon tee-shirt et mes doigts se refermèrent sur un insecte. Je fis un bond. Comment cela se faisait-il que CA ça se trouvait dans mon lit ? Où sont les elfes de maison ??? Pas possible ça ils allaient m'entendre crier ! Moi fille de mangemorts au sang pur je méritais un autre traitement ! D'autant plus qu'on avait essayé de m'assassiner... Mais ça personne ne le savait pour la bonne et simple raison que je n'avais averti personne... Sinon merci les rumeurs... Pfff qu'est-ce que je détestais repenser à cet évènement, repenser à quel point il m'avait dominé... A quel point j'avais eu l'air ridicule... Chaque fois que j'y repensais mon regard devenait brûlant et je me taisais. Si seulement j'avais eu une façon de le retrouver... Mais autant chercher un fantôme...

Mes mains tombèrent sur une racine. Drôle d'objet pour se trouver dans un lit... Il y avait aussi de l'herbe et... Et j'ouvris les yeux. Pourquoi étais-je toujours aussi étonnée de me retrouver au milieu de nul part... Mes doigts effleurèrent quelque chose de gluant... Et entourée de deux ou trois langues ? Depuis que j'avais failli mourir je faisais des drôles de rêves... Mais plus le temps passait et plus ils m'avaient l'air réels. Et d'ailleurs ses morceaux de chaire n'étaient-ils pas là pour me le prouver ? Petit à petit et malgré les efforts que je faisais pour gagner en puissance ma raison disparaissait pour laisser place à cet état... En général emmené par une bouffée de colère.

Depuis combien de temps étais-je là ? Quel jour étions-nous ? Je n'en avais aucune idée mais mes habits étaient plein de boue et ma coiffure ne devait pas être à la dernière tendance... D'un coup de baguette j'arrangeai tout cela. La nuit commençait à tomber et je décidai de rentrer. Sauf qu'arriver au terrain de quidditch je me rendis compte que je n'étais absolument fatiguée... Et que j'avais peur de m'endormir. J'avais peur de refaire un rêve étrange... Je me surpris à aller m'installer dans les gradins lorsqu'une bouteille explosa à mes pieds et je lâchai malgré moi un petit cri aigu. Par chance je ne fus pas touchée, d'ailleurs le propriétaire de la vodka, depuis la fameuse nuit il m'arrivait de boire donc facile de reconnaître les alcools principaux à l'odeur, s'en aperçut. Il m'adressa la parole et je me tournai vers lui... Faisant face au... au c'leb. Quelle était bien ma chance à la place de la solitude tant apprécié voilà que je me retrouvai avec une des personnes que je détestais le plus de Poudlard... Une lueur de mépris teinta mon regard lorsque je lui fis face. Je n'avais jamais eu beaucoup d'estime pour les sangsues.


- Tu n'as toujours pas changé à ce que je vois le c'leb. Toujours aussi mauvais lanceur mais cela ne m'étonne pas de toi. Tu as toujours eu si peu de qualités.

L'air empestait l'alcool et c'était limite si je n'avais pas du mal à respirer. Je lui avais rendu un vent je pouvais partir alors ? Je lançai un coup d'œil à ma ceinture, trois couteaux y pendaient. Alors j'en saisis un vivement et le lança de façon à ce qu'il frôle la tête de la tiers de sangsue, un sourire faussement navré...

- Désolé je n'ai pas fait exprès,
lui dis-je à mon tour.

En fait je crois que j'avais envie de rester, j'avais besoin de me divertir et un échange de mots ne me feraient pas de mal, au contraire j'en oublierai mes problèmes... Mais ne risquais-je pas plus que d'être insultée ? Jouer avec un vampire n'était-il pas stupide ? Je m'en fiche j'étais armée et je n'étais pas morte lorsque l'autre m'avait lancé son sort alors pourquoi devrais-je craindre le c'leb ? Non je n'avais pas peur.

_________________


Peste à plein temps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Caleb Stevens
    Force Verte ;; tout comme sa soeur... ou presque.

& then .. ?
Poudlard P. :
0/700  (0/700)
&. :
MessageSujet: Re: Tiens la peste! Que faire de toi? [ La peste ] Mer 24 Nov - 12:28


    Franchement je commençais a me dire que cette nuit allait être longue, mais en fait, pas du tout, la personne que j’apprécié pas ici, et que je me fessais un plaisir de remettre a sa place a chaque fois, elle était la devant moi, je venais de lancé ma bouteille et elle explose juste a coté d’elle, putin qu’elle chance qu’elle avait sérieusement, pourquoi elle ne l’avait pas pris sur la tête même si c’était pas mon intention, mais j’aurai voulu que ça la fasse taire quelques secondes, mais en fait, c’était pire que ça, elle crachait son venin comme toujours en fait !
    Je la regardais d’un sourire en coin.

    Hum… parce que tu vois ceux que tu veux voir …tout simplement ! Tu verrais peut être autre chose, si tu n’avais pas de la merde dans les yeux !

    Je venais de lui dire ceci dans un plus grand calme, j’étais calme ce soir, et je n’avais pas trop envie de m’énervé pas la, pas maintenant en tout cas… par contre en la voyant, c’était un plaisir de la voir ici et seul… je sens que la soirée ne fessait que de commencé…
    Elle voulait jouer, je crois que ce n’était pas trop le moment, mais a vrai dire, elle cherchait alors pourquoi pas continué a joué si c’est pour s’occupé d’elle comme il faut !
    Elle venait de me lancé un couteau qui venant frôlé ma tête, en disant qu’elle ne l’avait pas fais exprès, a qui elle veut mais pas a moi ! Je me lève et descends les marches des gradins, en la regardant dans les yeux et en récupérant son couteau et descends avec dans la main.
    Elle voulait jouer, on n’allait jouer ! Elle ne savait pas qui elle avait à faire, et je comptais bien lui faire comprendre, que je n’avais pas envie de joué ou elle allait devenir mon dîné ce soir, je commençais à avoir très faim en plus…

    Tenant le couteau dans ma main, en souriant et descends vers elle, arrivé a sa hauteur, je la regardais en lui tournant au tour, toujours le couteau en mains en jouant avec, je viens me positionné derrière elle, en la regardant d’un regard joueur, l’attirant contre moi brusquement en la plaquant contre moi, venant mettre son couteau au niveau de sa gorge en le fessant monté et en la regardant sur le coté en lui disant :

    Tu veux toujours jouer… alors jouons ensembles…j’ai toute la nuit devant moi !

    Souriant au coin des lèvres, je la fixé en venant joué, la tenant fermement entre mon bras qui la serrer en bloquant ses bras pour qu’elle évite de bougé, et l’autre main qui tenait le couteau entre sa mains et qui se baladait sur son cou…

    Hum…alors que faire de toi…je t’ouvre la gorge avec ton propres couteaux ou je te mords pour avoir le plaisir de sentir ta douleur…

    Je ne savais pas trop encore, même si j’aimais bien les deux en fait, je souris en me rapprochant de son oreille en venant lui mordillait au passage, j’aimais l’enragé et je savais que je n’allais pas tarder la voir en rogne, alors tant que je les entre mes mains, autant en profité un peu…
    Je pris le couteau et le descends le long de son corps en plantant la lame vers elle, et qui descendait le long de son corps, en souriant et en lâchant toujours pas prise, et d’un seul coup je le plante dans ses habits en lui déchirant ses habits sur le coté…
    Passant sa longue dans son cou en remontant jusqu'à son oreille en redescendant a nouveau en plantant ses crocs dans son cou d’un seul coup sauvagement en venant gouté a son sang un peu, il était gourmand mais voulez pas tout de suite, je la relâchant brusquement a terre en la jetant pour qu’elle tombe.

    Hum… un gout amer tout ça ! Mais, voir ta tête et une satisfaction en plus !! Le sang pur est souillé…

    Je ris de plus belle en gardant son couteau entre mes mains, en la regardant toujours et en la regardant d’un peu plus loin avec le recule, venant s’asseoir sur la première marche du gradins en la regardant dans les yeux…

    Dis moi, tu aimes jouer, j’espère que tu vas continuer au moins…ça serai dommage que tu t’arrêtes en si bon chemin…

    Je souris en la lâchant pas du regard, continuant de joué avec son couteau entre mes mains, un petit couteau, rien de plus, décevant de sa part… Je m’attendais a mieux de ça part, mais peut être que je la sous estimé un peu vite, en tout cas j’allais pas tardé a le savoir, je remarquais qu’elle n’avait pas dis son dernier mot, tant mieux j’en demandais pas tant …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Diana Mortador
    || Serpentard | 7eme Année.
||  Serpentard  |  7eme Année.

& then .. ?
Poudlard P. :
250/700  (250/700)
&. :
MessageSujet: Re: Tiens la peste! Que faire de toi? [ La peste ] Ven 26 Nov - 17:38

Si je n'avais pas de la merde dans les yeux... J'aimais bien cette expression qui me convenait si mal. Hélas peu de personnes voyait le monde aussi lucidement que moi. Un monstre dans n'importe quelle situation restait un monstre. Ils avaient beau être "physiquement regardables" ou être à serpentards ils n'en étaient pas pour autant "humains"... Et la plupart du temps ils restaient abjects. Alors supposons que je fasse un effort en regardant le c'leb. Que verrais-je donc à part un monstre si je me concentrais ? A la limite j ferrai attention pour une fois à son apparence physique, à son style vestimentaire avant de me souvenir de qui... ou plutôt de quoi, il était. Il ne pouvait être autre chose que ça.

- Tu sais le C'leb ? Je ne peux pas voir autre chose que ce que tu es. Après sinon ça s’appelle avoir des hallucinations… Je regrette, la vérité n’est pas toujours bonne à entendre.

Un sourire discret vint illuminer mes traits. Mais je savais que dans le fond je ne faisais que me répéter. Toutefois certaine personne n’avait pas la capacité d’enregistrer les informations en les entendant qu’une seule fois alors peut-être qu’en le lui rabachant encore et toujours il comprendrait. Cela m’éviterait de perdre mon temps à vouloir les raisonner. Les monstres étaient-ils capable de penser ? Je n’en étais même pas certaine. Peut-être qu’ils n’avaient pas de cerveau, peut-être qu’ils n’en avaient jamais eu. Ils savent compter ? Le C’leb devait savoir… après tout il avait quand même plus de sang humain que de sangsue…

L’autre ramassa le couteau et s’approcha de moi. Je n’avais pas peur. Pourquoi le devrais-je ? J’avais beau être menacée je n’en restait pas moins armée. Deux autres couteaux restaient à ma disposition accrochée à ma ceinture, et j’avais toujours ma baguette. Sauf que… je commis l’erreur de le sous-estimer. Il me tourna autour quelques instants… Et je ne pus m’empècher de penser à ma rencontre avec le Seigneur des Ténèbres… avec sa mission infaisable… Une colère sourde s’empara de moi mais alors que je m’apprêtai à sortir un couteau de ma ceinture pour me battre contre lui je me rendis compte que je l’avais perdu de vue et l’instant que je fasse demi-tour il fut sur moi. J’avais oublié que les bêtes étaient discrètes… Et tandis qu’il m’attirait vers lui je me rendis compte que j’étais mal… Son regard sûr de lui me glaçait, tout comme son contact, non qu’il était froid comme une sang pour sang sangsue mais parce que cette situation était presque comme un déjà-vu… Je m’étais déjà retrouvée sans défense face à un adversaire, mangemort certes, et j’avais failli y rester… mais cette fois-ci ? Si je ne m’en sortais pas ? Non il fallait que j’ôte cette pensée de ma tête après tout ce n’était qu’une sangsue…

Il mit le métal contre ma gorge. Un frisson de froid me secoua… à moins que ça soit un frisson de peur. Non je refusais de ravoir peur. J’en avais marre de craindre les choses et les gens. Au pire bin je mourrai… et ça m’énerverait parce que je n’aurai pas pu me venger… et que je ne serai mangemort… C’est pas si dramatique, si ? Puis il parla. Je me sentais obligée de lui répondre au moins pour avoir l’air sûr de moi… sauf qu’il n’attendit pas que je lui réponde et continua de jouer avec le couteau… m’empèchant de m’échapper avec son bras. Mais je continuai d’essayer de m’échapper, je tentai de me débattre mais il avait trop de force par rapport à moi… en même temps ça ne devait pas être bien difficile je n’étais pas une baraque à glace et c’était une sangsue… Alors soit je m’y mettais encore plus à fond en risquant que le couteau s’enfonce dans mon cou soit je restais comme ça à attendre… Mais j’eus beau tenter de gesticuler le plus fort possible je n’arriverai pas à faire le moindre mouvement.

- Ou tu me lâches… Tu n’aimeras pas mon sang il est trop pûr pour toi.

S’il fallait choisir l’une des solutions je préférais encore mourir que de voir mon sang pur venir nourrir cette chose. Je frissonnai à nouveau. Qu’est-ce qu’il me faisait peur des fois. Et bien plus que le mangemort… Je crois que même si j’avais été libre de mes mouvements je n’aurai pu bouger tellement j’étais tétanisée. Je savais que le c’leb pouvait décider à tout moment de boire mon sang et… et je ne pouvais rien faire…

Mais il préféra jouer avec le couteau et descendre le long de mes habits… Soit j’allais donc… j’allais donc mourir ? Et non là pas si vite. Fallait que je prononce ma parole de mort… A la suite de ma rencontre avec le mangemort je m’étais rendue compte que je pouvais mourir à n’importe quel moment et j’avais décidé d’inventer une formule d’adieu… qui serait immédiatement enregistré dans une cassette intitulée « Derniers Mots D’Une Sang Pur »… Le problème c’est que je n’avais pas prévu de mourir par un couteau du coup ça changeait tout… Il faudrait que j’improvise… Sauf qu’il se contenta de déchirer mes habits, laissant entrevoir un grand pan de ma peau assez mat. Mon cœur se remit à battre tandis que je reprenais confiance. J’avais eu si peur.

Mais à peine fus-je soulagée qu’il revint à la charge non plus avec son couteau mais avec sa langue qu’il passait sur mon cou. Je ne pouvais me concentrer sur autre chose que sur le dégout qu’il m’inspirait. Je ne cachai même plus mes frissons ni ma peur. Comment osait-il me touchait ? Le pire fut lorsqu’il planta ses deux canines dans mon cou… L’instant parut durer des heures… des heures durant lesquelles je soufrai le martyr, des heures durant lesquelles je luttai le plus possible contre ce cri qui ne demandait qu’à sortir de ma bouche… J’étais plus terrifiée que j’avais mal toutefois. Et discrètement une larme coula d’amertume. J’aurai du mourir. J’aurai du plus résister. J’aurai du l’insulter et le pousser à bout… Peut-être que ma vie ne servait plus à rien maintenant. Mon sang avait été souillé. Je n’étais plus ce que j’avais été… Mais personne le saura, j’afficherai le même air hautain et personne ne verrait ce que je ressens… Et ma fierté naturelle dans tout ça ?


« Laisse-moi t’aider Diana. »

Humhum… Très normal d’entendre des voix dans sa tête… M’avait-il pris le reste de ma non-folie en même temps qu’il avait aspiré ma pureté ? Ca n’avait aucun sens… J’étais plus pur voilà la seule chose qui comptait… J’étais plus pur et j’allais le supplier de me tuer… Son acte arrangerait plein de monde en plus…

« Ne fait pas l’idiote, veux-tu ? Tu es née pûr, tu le redeviendras par tes actes. Il est temps que tu fasses confiance à celle que tu es vraiment Diana. Que tu arrêtes de te cacher derrière une fausse carapace saine. Il est temps que tu sois toi-même. »

Les paroles que je me murmurai mentalement me faisaient peur… elles démontraient mon état de folie aggravant… et étaient si envoutantes… Très vite il advint que ma muraille se fissurait vite face à ces propos qui visaient droit dans le cœur. Ils avaient raison, j’avais déjà tout perdu alors pourquoi continuer à faire genre que tout allait bien alors que tout n’avait jamais été si pire ?

Lorsqu’il me jeta sur le sol j’étais encore en plein conflit entre moi-même. Conflit interrompu par ses phrases… pour une fois que ce n’était pas moi qui faisait que parler.


- Régale-toi le c’leb. Je pense que jamais tu ne pourras touché à un sang aussi pûr. Mais jamais tu n’aurais du faire ça crois moi.

Je souris malgré les larmes qui coulaient. Je n’avais plus d’honneur, j’avais été souillé alors j’étais libre en quelque sorte. Libre de le lui faire payer cher, et ainsi je retrouverai ce qu’il m’avait dérobé !


- Oh oui que j’aime joué et pas qu’un peu le c’leb. J’ai toujours rêve de voir comment est le sang d’une sangsue… à priori je n’en ai qu’un quart devant moi… et bien ça sera déjà mieux que rien.

Je me relevai, pointa la baguette sur l’endroit où il était assis et murmurait un simple incindio. J’avais appris qu’avec les créatures il fallait éviter les doloris, qu’ils n’avaient aucun effet sur eux… J’aurai du choisir le feudeymon en fait. Un sortilège bien plus complexe.

J’étais toujours aussi furieuse, et au fond de moi j’étais abattue comme jamais mais je n’étais plus au commande de mon corps… ou du moins je laissais la douce folie me guider. Je lançai un expelliarmus sur sa baguette et jettait la mienne au loin. Je ne voulais pas que l’on s’en serve le combat en serait que plus intéressant.


- Tu n’auras pas besoin de ce bout de bois crois-moi.

Je voulais un combat équitable. Dans un geste limpide je sortis deux couteaux un peu plus large et grand que celui qu’il avait ramassé et souris.

- Je pense que nous allons nous amuser ce soir.

Je me rapprochai lentement de lui, faisant attention à ses mouvements, je ne voulais pas me relaisser surprendre… Ce serait trop bête…

_________________


Peste à plein temps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Caleb Stevens
    Force Verte ;; tout comme sa soeur... ou presque.

& then .. ?
Poudlard P. :
0/700  (0/700)
&. :
MessageSujet: Re: Tiens la peste! Que faire de toi? [ La peste ] Sam 27 Nov - 18:28


    Je la regardais dans les yeux, et franchement je me demandais pour qui elle se prenait celle la, elle se prenait vraiment pour une personne qui a droit a tout et qu’on peut rien lui refusé… Franchement, en ce moment même j’avais qu’une envie c’était de la tuer, et de la voir mordre ! Mais, ma curiosité me poussait toujours dans mes limites les plus fou, et en ce moment on j’en étais arrivé a un stade, j’avais qu’une envie c’était de joué même si c’était avec la peste des Serpentard ! Dans le fond, je prenais un plaisir fou de la chercher, c’était un jeu qui me plaisait énormément, alors la tué serai trop facile a mon gout et je m’ennuierais…je crois que je m’amusais quand elle était la, car c’était la seule à répondre et a rentré dans mon jeu… comme tout le temps, des que je lui disais un truc elle partait en quart de tour…ce qui avait pour tendances à me faire rire, et a continué de plus belle.
    Je l’écoutais parlé, et a vrai dire c’était bien elle, elle pensait cas parlé et encore et encore, en crachant son venin, elle ne s’arrêtait pas une seconde…c’était blasant…mais a la fois, intéressant, je la retrouvé seul, rien que tout les deux, et je sentais que cette soirée aller partir en couilles…
    Elle était vraiment né dans un monde parfait a ses yeux, ou sont son sang ne se mélangé pas avec d’autres, un sang pur que je n’aimais pas et surtout elle !! Son arrogance, un jour l’emmènera a sa perte, qu’elle gâchis…non, qu’elle plaisir de savoir qu’un jour elle est morte dans affreuses souffrances, et qui sait c’était peut être ce soir, cette nuit ou j’étais avec elle… J’étais pas un tueur mais voir les gens souffrir surtout en ce moment, était un jeu pour moi ou je prenais vraiment mon pieds a chaque instant que le sang coule et que je venais boire avec envie…ce soir c’était surement le sien que j’allais lui retiré de son corps, au moins elle mourra et je serai enfin tranquille…c’est beau de rêver, mais a quoi bon, quand on a une personne comme elle en face de nous…la haine, l’arrogance était au rendez vous !
    Je ris en l’entendant, la vérité était pas bonne a entendre…je ne voyais pas qu’elle m’avait blessé, loin de la…il en fallait plus pour me faire taire enfin !
    Puis, m’écrasé devant elle, serait minable et ce n’était pas mon but de la regardé et de la laisser faire juste avec ses mots qui n’arrivait même pas à m’éteindre !

    Je pense que c’est pareil pour toi, je ne peux pas voir autre chose de toi ! Test parents t’ont vraiment bien éduqué…mais quelle dommage que tu sois une fille qui pette plus haut que son cu… Je suis ce que je suis, que ça te plaise ou pas…

    Tout était ironie dans mes mots, je voulais juste la pousser a continué a s’énervé et a craché son venin comme elle fessait en ce moment même avec moi, ou les autres mais qu’importe, la c’était moi et je ne voulais qu’elle continue, savoir jusqu’ou elle pourrait aller…
    Je m’étais approché d’elle en ramassant son couteau qu’elle avait osé me lancé qui a frôlé ma tête, j’en préférais en rire en n’y pensant de nouveau, une femme comme elle, attend je viens de dire femme…non je me suis trompé, une gamine sans cervelle c’était mieux pour elle…ne fallait pas la complimenté car ça lui monte vite a la tête et déjà qu’elle a la grosse tête, ça serait dommage qu’elle en a une double ! Tournant autour de sa proie, je la regardais mais à vrai dire, elle était souvent ailleurs toujours entrain de rêvassé ! Pas trop bon de pensé…surtout pour elle, déjà qu’elle n’a rien dans la ciboulette alors j’imagine !
    Je l’avais attiré vers moi, en la bloquant contre moi assez pour éviter qu’elle bouge à nouveau ! Je la regardais avec un regard joueur et sérieux, qui pouvait refroidir n’importe qui a mon premier contact, j’en pris un plaisir fou en la serrant, elle ne disait rien et contempla de rien dire pour l’instant, car je savais très bien que ce silence n’allait pas durer…
    Je jouais avec elle, et je ne fessais que commencé, et jouais avec elle qui l’ouvrait tout le temps, c’était un plaisir fou de faire sortir ses griffes, car elle prenait tout mal…

    Elle bougeait de plus en plus, elle essayer de remuer pour se détaché de mon emprise, elle n’y arrivait pas et j’en riais, je la gardé toujours contre moi, en passant le couteau de haut en bas et sur sa gorge que je prenais un plaisir a regardé avec désir…
    Façon, je me fessais un plaisir à la pousser a bout, tout ce que tu fessais avec son sang, la m’étais en rogne, donc fallait pas l’oublier ! La vexer était trop facile, la salir était une satisfaction que je prenais gout !

    Ton sang est pur, mais c’est a moi seul d’en jugé !

    Je jouais, le couteau sur sa gorge, et qui descendait le long de ses habits, en venant lui déchiré d’un seul coup, ce qui me fis rire mais je ne le montré pas, au contraire…je regardais sa peur qu’on pouvait apercevoir dans ses yeux… Le couteau passé, je tendais le diable avec elle, en passant ma langue dans son cou, je m’amusais a léché son cou, un plaisir…non pas cette fois, car je sentais que ce n’était pas ça que je voulais ! Je plante mes croc dans son cou, en savourant son sang que je venais de boire, et ce n’était pas bon…le sang pur a vraiment un gout amer, et c’était un gout que je n’aime pas, mais juste la voir réagir a ça, me fessait que plaisir encore plus !
    Je continuais a boire son sang, et je sentais qu’elle était parti ailleurs, vraiment elle était étrange cette meuf, elle était surement entrain de pensé, pensé a quoi, à sa mort, oui surement, je ne disais rien, en tout cas pas pour l’instant.
    La jetant à terre en la regardant et en venant m’essuyer le sang qui coulé autour de mes lèvres en la regardant dans les yeux. Je souris en coin, en l’entendant parler, je préfère en rire, mais la je la fixer dans les yeux avec un large sourire puis je ne dis pas la suite.

    Hum… une menace, tu sais que t’es plus intéressante quand tu menaces les gens, au lieu que tu les endormes pas des blablas…

    Je la regardais toujours avec un large sourire, que j’affirmais avec plaisir, surtout devant elle, c’était un régale de se foutre ouvertement d’elle !
    J’écoutais ce qu’elle me disait pas la suite, je ne pus qu’être très tentant de l’entendre et de la voir réagir par la suite, elle aimait jouer, au moins, j’allais être pas seul, ce qui me plaisait, pourquoi joué seul quand elle est d’accord ? Elle voulait voir le sang d’une sangsue, déjà faudrait qu’elle ose s’approché de moi et ce qu’elle n’arrivait pas pour l’instant, donc je ne disais rien, puis je ne pouvais pas me taire, pas avec elle fallait la remettre a sa place…

    Je suis comblé, une femme qui joue avec moi, ça veut tout dire ! Au moins, ça prouveras pas que t’as quand même du cran, tu te défends…mais après comment, telle est la question ??

    Par la suite de mes mots, elle pointa sa baguette sur moi, en me jette un expelliarmus pour me faire jeté ma baguette, et le pire dans tout ça, c’est qu’elle venait de jeté la sienne plus loin, je me demandais vraiment ce qu’elle avait en tête, elle m’intriguait mais j’étais curieux de savoir comme elle allait faire…
    Franchement, elle était vraiment folle, on ne s’attaque pas a n’importe qui comme ça…mais elle avait du cran tant mieux !

    Surement, j’en aurais pas besoin, tout comme toi, on va pourvoir jouer équitablement !

    Elle avait sorti sa dinette de couteau, ce qui me fis rire, avec elle je n’allais pas être déçu, mais a vrai dire, c’est couteau ne me fessait pas peur…j’avais hâte de voir ou elle irait les mettre, car je m’attendais a tout, avec elle…
    Je ris en entendant sa phrase, assis ou j’étais je la regardais dans les yeux, en souriant et ne disais rien, elle disait qu’on allait bien s’amusé, je pense aussi, au moins, on était seul après dans quel état ont allaient nous retrouvé je m’en foutais un peu, je voulais juste lui faire passer un message de la sangsue et c’était parti enfin, pour une soirée que j’allais pleinement savourer ! Elle s’approchait de moi, et pour une fois, je pense que je la laissais s’avancé, c’était la meilleurs chose à vrai dire, la laisser joué avec moi, pour combien de temps aussi…
    Je suivais du regard ces mouvements de pats qu’elle fessait a chaque fois, et elle me lâchait pas non plus du regard, la moindre réaction de l’un ou de l’autre allez tout faire basculé…

    Approche encore plus ! Si tu veux vraiment mourir…mais je pense que j’aimerais justement testé des choses avec toi avant tout !

    Je levé la tête et me redresses en la regardant et avance vers elle, en lui tournant autour mais en gardant toujours mes distances avec elle, en la lâchant pas du tout, je la suivais, chaque mouvement, chaque posture, je regardais tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Diana Mortador
    || Serpentard | 7eme Année.
||  Serpentard  |  7eme Année.

& then .. ?
Poudlard P. :
250/700  (250/700)
&. :
MessageSujet: Re: Tiens la peste! Que faire de toi? [ La peste ] Mer 1 Déc - 16:23

Qu'en savait-il sur l'éducation que mes parents m'avaient apporté ? Mais quelle importance puisqu'il ne les critiquait pas ? Et juger ma formation bonne n'était-ce pas reconnaître que dans le fond il approuvait ma façon d'être ? Je décidais de prendre ça comme un compliment. Le C'leb se ramollissait ce n'était pas un bon signe mais qu'importait ?

J'aurai sans doute était heureuse s'il n'avait pas osé me comparer aux défauts que je lui faisais. Je n'étais pas un monstre ! J'étais la pureté même ! Alors qu'il se calme un peu ! Sérieusement on aura tout entendu... Je n'avais aucun défaut, ou très peu. Je ne buvais pas. Je n'avais pas besoin des inventions des moldus pour aller mieux. J'évoluais toujours en bien, je ne régressais pas moi ! Alors qu'il me critique ça pouvait aller mais qu'il dise qu'il pense la même chose de moi que ce que je pense de lui.... Quel don avait-il pour me mettre hors de moi !

Et pourtant il avait l'air heureux d'être ce qu'il était. J'avoue que je n'avais jamais compris comment les monstres pouvaient accepter d'être comme ils sont... à leur place cela ferait longtemps que j'aurai pris la corde et que je me serai pendu... et eux ils aimaient ça... Pourquoi ? Parce que ça leur donnait la sensation d'être différent ? D'être exceptionnels ? Pfff foutaises.

- Parce que tu sais penser toi maintenant ? On en apprend tous les jours avec toi. A quand la greffe d'un honneur ? Tu en aurais bien besoin. Dis-moi juste comme ça comment arrives-tu à vivre ainsi ? Je veux dire tu es un monstre et pourtant tu as le courage de venir me parler... La préparation morale doit être rude à part si cette chose que tu es t'a transformé en fou inconscient...


Je penchai pour l'idée de fou inconscient. Sinon il se serait sans doute déjà pendu la corde au cou... Vivre en tant que monstre, aucune personne sensée ne pouvait survivre à ça... D'un autre côté cette idée ne me plaisait pas car elle impliquait que peu importait les moyens il irait droit au but dans ses envies... Il ne restait plus qu'à espérer que celles-ci ne soient pas trop décalées ou alors que j'ai la force de lui résister.

Et je revoyais mon sang sur ses lèvres, mon sang salit, mon sang souillait. Il l'essuyait négligemment ce qui avait le don de m'énerver encore plus. Non seulement il venait me le prendre mais en plus il en laissait la moitié sur ses lèvres ! Ne se rendait-il pas compte que mon sang était sacré ? Que le sang pûr était de plus en plus rare ? Alors qu'on ne fasse pas mumuse avec ! C'est dingue ça on ne sait même plus élever les chiens de nos jours. Je pouvais toujours essayé de lui apprendre les bonnes manières même si à mon avis une vie humaine entière ne suffirait pas.

Mon envie de lui rendre la monnaie n'avait jamais été aussi loin et je crois que si j'avais eu une écarteleuse sous la main j'aurai pris un plaisir fou à venir fixer ses membres puis à tirer... à tirer... jusqu'à ce qu'il ne soit plus qu'un tas de muscles et d'os. Mais à la place de calmer ma colère cette image me la raviva et alors je le menaçais, sur quoi il se contentait de sourire et de me dire qu'ainsi j'étais plus intéressante.


- Tu sais je m'en fiche d'être plus intéressante à tes yeux. La seule chose qui compte c'est comment sortiras-tu de notre rencontre...

... En deux morceaux livrés le jour du réveillon où on pourrait lire joyeux noel régalez-vous les enfants... Oui c'était ainsi que je souhaitais le voir et c'était donc ainsi qu'il serait. J'étais réellement prête à donner tout ce que j'avais pour arriver à mes fins et surtout j'en avais marre que les gens me prennent pour un jouet avec lequel ils peuvent s'amuser à leur guise ! J'étais une sang "pûr" ! Une futur puissante mangemort ! Alors qu'on me laisse tranquille ! Moi aussi je pouvais mordre ! Et ce n'était pas un monstre qui allait m'en empècher... D'un autre côté je répugnai à m'approcher de lui... ça me dégouttait... et... et me terrifiait... Non c'était faux. Je ne le craignais pas ! Plus maintenant. La seule chose que je redoutais venait d'être faite. Je n'avais plus aucune raison de trembler, ni de pleurer. Le mal était fait j'étais libre ! Que ce mot sonnait bien dans ma bouche. Libre. Plus rien pour attacher ma raison et ma peur sur terre. D'autant plus que le désir de puissance ne faisait qu'augmenter en moi. Il était temps que l'on arrête de se tourner autour, il était temps que je lui montre de quoi j'étais capable !

Alors je nous avais désarmé et j'avais sorti mes couteaux. Ils blesseraient n'importe qui, même un monstre pouvait souffrir si on les lui enfonçait dans le ventre. Une brûlante envie de passer ma langue sur la lame pour vérifier qu'ils coupaient bien et qu'ils étaient toujours aussi bien limé que la veille m'envahit mais je m'en interdis. En dépits des évènements ma fierté était toujours présente. Un sourire vint illuminer mes traits tandis que la sangsue me tournait autour. Les deux armes que je tenais étaient frappées aux armoiries des Mortador, des objets sacrés que je ne troquerais jamais. Depuis des nuits je m'entraînai aux tirs et à l'escrime avec. Il était grand temps de mette mon entraînement en pratique.

- Qui ne te dis pas que si je m'approche ce n'est pas toi qui va me quitter ? Mais ne t'inquiète donc pas, je prendrai soin de toi avant que ton âme ne pourrisse en enfer... si tu en as toujours une, cela va de soi.

Il était au courant de mes moindres mouvements. Il devait être un adversaire redoutable en escrime. Mais j'étais vive et entraînée, peut-être que cela suffirait pour me faufiler dans sa garde, sans compter que j'avais deux couteaux. Toutefois il était bien plus fort que moi et si je le laissais se saisir d'un de mes membres je ne pense pas que je réussirai à m'échapper... Peu importait la tentation était trop forte. Je ne pouvais résister. L'envie de voir son sang se verser me poussait en avant. Et l'envie de commettre un meurtre ne faisait que croitre en moi. Si j'attaquais j'étais presque certaine d'atteindre ma cible mais que se passera-t-il après ?

Peu m'importait. J'étais prête à courir le risque. De toute façon il ne me tuerait pas. Je ne mourrai jamais, même le mangemort n'avait pas réussi à en venir à bout de moi alors qu'un simple élève aux gènes de sangsue me tue me paraissait impossible. Non laissez-moi rire ! C'était tout simplement impossible. Il voulait tester des choses avec moi ? Que pourrait-il me faire de plus que de détruire mon honneur de sang-pûr ? Chose qu'il avait déjà faite. Quelle erreur de débutant, il n'avait même plus d'arme pour me forcer à calmer ma folie et mon agressivité...

Alors j'allongeai mon bras, faisant un petit saut pour me rapprocher de lui et l'entaillait au ventre, déchirant ses vêtement au passage, le sang de la sangsue coula le long du couteau, dégoulinant le long de ma main... et je fus déçue. Il n'était pas bien différent du mien... du moins en apparence. Tout devait être une question de goût mais je ne m'abaisserai pas à gouter le sien. Je me rendais enfin compte que je l'avais atteint, un rictus presque carnassier se peignit sur mon visage. Le c'leb saignait. Séquelle qui laisserait même peut-être une cicatrice si j'avais de la chance. La blessure s'étendait du nombril jusqu'à plus bas le long de son ventre... je m'efforçai à détourner le regard. Elle était plus grande que ce que je pensais.

Toutefois les blessures étaient superficielles, je ne m'étais pas approchée d'assez prêts pour lui porter un coup qui le fasse vraiment souffrir. Je le regrettai... C'est dans ces moments qu'on rêvait d'être plus grande, d'autant plus que je n'avais qu'un équilibre précaire... Je m'en fiche je l'avais atteint. Mon sang était souillé mais son ventre éraflé et sa robe de sorcier inutilisable.


- Alors le C'leb ça fait quoi de se retrouver complètement dévêtu par une femme ? Auras-tu encore seulement la force de te regarder dans un miroir ?

Oui il pouvait se montrer combler que je jouais avec lui mais j'étais bien plus proche de lui que je ne l'avais imaginé... Il suffirait qu'il tende le bras et... Non j'étais toujours armée même si ce simple coup m'avait épuisé. Après tout on ne faisait que commencer, n'est-ce pas ? Je m'arrêterai de faire verser son sang seulement lorsqu'il ne sera plus conscient pour le remarquer...

_________________


Peste à plein temps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Caleb Stevens
    Force Verte ;; tout comme sa soeur... ou presque.

& then .. ?
Poudlard P. :
0/700  (0/700)
&. :
MessageSujet: Re: Tiens la peste! Que faire de toi? [ La peste ] Sam 18 Déc - 15:09


    Je ris a ce qu’elle disait, c’était la seule chose que je pouvais faire en la regardant dans les yeux, cette fille était la peste en personnes et dans tout les sens ( m’en parle pas j’en est le fou rire ! ) du terme, elle était vraiment obsédés pas ce qu’elle était, une sang pur…de nos jours tout le monde avaient du sang mêlé, mais le pire dans tout ça c’est qu’elle n’aimait pas les monstres j’en était pas encore un et je voulais l’être le plus vite possible, mais je voulais quand même me posé les bonnes questions avant tout… prendre mon temps…même si on a pas tellement notre vie en sécurité en ce moment avec tout ce qui se passe… Tout le monde se posent des questions, que faire ou ne pas faire… évité cette guerre, non c’est impossible…
    Je l’écoutais sans vraiment envie de répondre a ses questions qui me fessait rire encore plus, elle n’aimait pas les monstres alors pourquoi tant de questions a mon sujet….ce qui avait le don de m’intrigué… Qu’est ce qu’elle cherchait au fond d’elle ?? Qu’est ce qu’elle voulait savoir … dans tout ça elle s’en foutait alors autant de questions qui ne servait a rien !

    T’es vraiment la seule fille qui ose dire ce qu’elle pense… rare de nos jours…mais bon, ça n’efface pas ce que tu es ! Pourquoi tant de questions que je devrais de répondre…je ne vois pas l’opportunité de tant parlé ou t’expliqué car ta déjà ton point de vue dessus !

    Je ris a sa derrière phrase en la regardant toujours et en venant frappé dans mes mains en lui disant ces mots…

    Hum…la préparation morale, tu la sors d’où celle la … faut pas se préparé avec toi, ça sert a rien, t’es tellement prévisible que s’en est facile…et pitoyable pour toi ! Un sang pur…qui ne sait même pas surprendre…donc pas la peine de réfléchir pour quoi ce soit a ton cas !

    Vraiment, si je devrais dire quelque chose, la je ne rajouterais rien, je sais ce qu’elle vaut, elle n’est pas si bête que ça et tant mieux sinon je prendrais même pas la peine de joué avec, ce qui est rare, j’aime joué avec de savoir définitivement ce que j’allais en faire, mais je trouvais qu’elle se rabaissait un peu de trop, la peste venait d’elle trop chou…je me posais la question ce qui me traversa l’esprit a ce moment même…ces mots qu’elle venait de dire…ce qui me surpris autant et je souris en coin, la peste avait telle un cœur…j’en était sure mais camouflé par de la haine…

    Tu t’en fiches pas, sinon tu me diras pas sur ce ton la…au contraire tu aimes savoir que les gens t’aime pas, et tu te dis que c’est sa qui te rends plus forte…mais tu te trompe…
    Oh mon dieu…la peste en personne…s’inquiète pour moi !! Au moins, je vois que je te laisse pas indifférent…car tu t’inquiète de ma vie, tu crois vraiment que tu vas pouvoir me tué ?? Laisse moi rire…que je me fou de ta gueule encore plus…


    Je la regardais et elle me regardait dans les yeux, on se tournait autour et c’était marrant de voir la scène, si on se mettait en dehors de ce cercle vicieux qui régné entre nous, c’était comme de bêtes qui se tourné autour sans rien faire pour le moment ce qui était bien bizarre, même moi j’avais qu’une envie c’était de la faire souffrir d’une seule manière qui la répugné et qui la salissait encore plus que tout a l’heure…

    A mon avis, tu connais ta réponse… faut pas chercher, je sais qui je suis et ce que je vaux ! Par contre, tu ne me connais pas assez pour savoir quoi ce soit de moi ! Franchement, si c’est pour être chouchouté par toi… je ne dirais pas non !

    La soirée commençait de plus en plus être importante enfin, je savais que la c’était le moment d’en savoir un peu plus sur l’un et l’autre, je le voyais bien comme ça, et c’était un jeu qui allait me plaire de plus en plus et que j’allais peut être en souffrir mais j’en prenais le risque et j’étais prêt et franchement je n’avais rien a craindre d’elle, c’était comme ça et il avait pire mais se retrouvé a elle c’était qu’un jeu…
    Elle aimait jouer et avec moi elle prenait son pieds comme je dirai tant, sauf que ce n’était pas le bon terme en ce moment même, elle aimait voir le sang, un point commun qu’on avait tout les deux, le sang peut être pas de la même manière mais pas loin ! Elle avait fais un bond vers moi, ce que je n’avais pas eu le temps de réagir assez vite mais elle venait de m’entaillé le ventre, le nombril exactement jusqu'à un peu plus bas, un couteau au point et qui coupé bien, je sentis mon sang coulé, et ça me picotait un peu mais rien de grave, il m’en fallait plus pour être plié en quatre et souffrir mais ce n’était que superficielles, elle était comme ça, pas assez loin dans ses gestes, pas assez affirmé a ce que je vois ! Je la regardais dans les yeux avec un regard noir, je n’aimais pas qu’on me surprend et elle l’avait fais…pas de chance elle allait comprendre maintenant !
    Je l’écoutais parler et souris en coin encore plus…

    Hum…que dire, c’est vraiment un coup bas ! Mais, on ta jamais quand on commence quelque chose, faut le terminé jusqu'au bout…tu as craqué ma robe de sorcier, elle serait mieux enlevé par la suite… si tu veux voir mon corps…faut me le dire, ça éviterait que tu les craque...ou ça te plait de cette manière…

    Je la regardais en me rapprochant d’elle encore plus et en venant lui sauté dessus, en lui retirant son couteau et en le jetant plus loin…je m’étais de nouveau rapproché en me plaçant a nouveau derrière elle en lui susurrant a l’oreille doucement…

    Etre dévêtu par une femme… mais pas n’importe laquelle…T’inquiète pas, je me regardais encore et encore dans le miroir…

    Je disais ces quelques mots en passant de nouveau ma langue dans son coup doucement en la serrant contre moi encore plus, en la serrant pour qu’elle ne bouge…retirant son deuxième couteau et le remonte vers elle à nouveau… vers sa cuisse en le plantant d’un seul coup dedans en la regardant et en la poussant qu’elle tombe a terre en venant s’allongé sur elle en le retirant d’un seul coup et la regarde, venant léché son sang de nouveau sur la lame en la regardant …

    Tu n’aurais pas du joué maintenant c’est moi…

    Léchant la lame et la regarde en regardant le couteau d’un peu plus prêt et le passe le long de son corps, en venant déchiré ses affaires sur tout le long…et la regarde de nouveau…

    Toi aussi, tu es toute dévêtu…et par moi qui va de soit ! Alors crois tu qu’on va jouer longtemps…

    Son sang coulé au niveau de sa cuisse, je l’avais bien blessé, son sang me chatouillait le nez encore plus, ce que j’avais du mal a me contrôlé avec…je descends un peu plus bas en venant léché la mordre en niveau de cuisse assez fort en buvant encore et encore…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Diana Mortador
    || Serpentard | 7eme Année.
||  Serpentard  |  7eme Année.

& then .. ?
Poudlard P. :
250/700  (250/700)
&. :
MessageSujet: Re: Tiens la peste! Que faire de toi? [ La peste ] Jeu 23 Déc - 9:08

Pourquoi il m'énervait autant ? Et comment faisait-il ? Le simple fait qu'il ouvre la bouche me mettait hors de moi... Un cleb c'est censé obéir à son maître... Lorsque je lui demandais de lever la patte il devait abboyer... Sauf que j'étais tombée sur le seul c'leb au monde qui était doté d'un cerveau aussi embryonnaire soit-il... Bon là encore au moins ne me faisais-je pas la conversation seule... Aussi monstrueux soit-il il arrivait à comprendre ce que je lui disais... Sauf qu'au moins un vrai cleb ne pouvait pas me comprendre lui au-moins... Ou savoir ce que je ressentais... Caleb venait de résumer en une phrase ce que j'avais toujours pensé. Comment pouvait-il dire que j'avais tord ? C'est en se faisant des ennemis qu'on grandissait, qu'on devenait plus puissante... Jusqu'au jour où tu tombes sur quelqu'un tellement plus fort que toi que tu l'ennuies et qu'il ne te laisse pas la chance de vivre... Mais chaque seconde, chaque moment que tu vis est une épreuve. Se faire des "connaissances négatives" était la façon la plus efficace de progresser. Et pourquoi s'encombrer d'amis ? A quoi servait les relations positives à part à te protéger ou à te faire tuer encore plus vite ? Se faire des amis n'était-ce pas devenir dépendant ? Quant à aimer... Ce simple mot me faisait marer... C'est connu non les histoires d'amour finissent mal en général... Et supposons que j'ai un coup de foudre ça me servirait à quoi que de sortir à gars ? A ne pas mourir vierge avec cent mille chats ? Si il fallait aimer avant de faire l'amour ça se saurait... Et puis aucune sensation pourrait égaler celle de l'adrénaline coulant dans mes veines... Sans compter que devenir dépendante et agir différemment que la façon dont j'agirai si je vivais normalement me faisait flipper...

- Tu as raison sur ce point le C'leb. J'aime que les gens ne m'aiment pas ça me fait le pied. Et c'est à moi seule de juger si je me trompe ou non et je ne me trompe jamais.

Si j'entendais un jour quelqu'un me dire qu'il m'aimait je m'enfuirai en courant... Chacun sa peur... Mais avoir peur des sentiments positifs il fallait le faire...

- Je ne m'inquiète pas pour toi... Seulement si tu meures je veux que ça soit moi qui t'enfonce mon poignard dans ce qu'il te restera de coeur ! Et puis je doute que tu ne représente une grande perte...

On s'était tourné autour et j'avais réussi à le blesser. J'étais heureuse de voir son sang couler. Vraiment heureuse. Même si je savais que ça ne suffirait pas... Malheureusement... Ou heureusement ?... Non malheureusement... Enfin je pense... J'aimais jouer avec lui, ça tuait mon honneur que de l'avouer mais c'était la vérité... Et inutile de me mentir avec moi-même... Je m'amusais. Mais m'amusais-je assez pour risquer de continuer à salir mon honneur ? Bonne question... Et puis mon coup ne le dérangeait nullement... Au contraire il avait l'air de trouver ça fun d'être nu devant moi... Un nouveau frisson me parcourut, plus violent que les précédents... Le C'leb était réellement dérangé. A part si là encore ce n'était que des paroles pour se donner contenance. Oui il ne pouvait pas penser à ce qu'il disait... Chaque être humain était doté d'un minimum de pudeur... chaque être humain... Et voilà que je retournai à la case départ... Et moi comme une cruche je ne savais pas comment réagir...Génée par mon propre acte...

Et il bondit encore... M'arrachant mon couteau... Qu'est-ce que je pouvais faire contre ça moi ? J'avais cru... J'avais osé croire que je pourrai me défendre face à lui... Mais je n'en menais pas large... Je n'arrivais même pas à vaincre ma peur... Et voilà qu'il venait me susurrer des bétises... Encore. Toujours. Toujours. Toujouuuuuuuuurs! Je veux fuir ! Je veux échapper à ce fou! Disparaitre loin sous terre!!! Putain elle est où la porte de sortie ?!? Je veuxxx ma porte!!! Alors là ma vieille va falloir te calmer... C'est pas que tu divagues mais tu divagues... T'es plus forte que ça ! Tu vaux mieux que ça... Et uis si il te fait souffrir ou s'il te détruit ton honneur bin souffre en souriant. Faire travailler ces zygomatiques c'est agréable tu verras... Et voilà que je me remets à parler seule... A penser seule avec moi-même du moins...

Il me prit mon deuxième couteau. Donc théoriquement j'étais désarmée... mais comment pouvait-il savoir que j'avais un canif dans ma chaussure ? J'avais été prévoyante cette fois-ci... Je n'osais plus sortir si peu armée depuis que je m'étais à moitié faite tuer. Mais je ne pouvais pas l'atteindre, j'arrivai pas à tendre mon bras jusqu'à ma chaussure... Il passa à nouveau sa langue dans mon cou (je vais finir par cauchemarder cette nuit XD si je peux dormir) nouveau frisson...


- Garde ta langue dans ta bouche à l'avenir le c'leb! Sinon je te la coupe...

Mais avec quoi ? Ce n'était pas le petit canif que je ne pouvais pas atteindre qui pourrait la lui couper... Mais avec les dents... Oui je voulais lui arracher sa langue avec mes dents ! Surtout si ça pouvait faire en sorte qu'il cesse de me toucher avec. Je vois le couteau qu'il brandit vers ma cuisse. Je tente encore de me dgager mais à nouveau la seule chose que je puisse faire c'est de me fatiguer encore plus... Mais je ne voulais pas que ce couteau ne me perfore la cuisse ! Je ne voulais pas saigner encore ! Alors je crie avant qu'il ne me fasse souffrir, je crie alors que le couteau entre dans ma peau, je crie alors qu'il ressort après s'être enfoncé profondément... Et cette fois-ci de douleur... Des larmes me montent aux yeux mais je les repousse, je ne veux pas pleurer devant lui. Je ne veux pas lui donner cette satisfaction ! Je bascule vers le sol et il s'allonge sur moi ! Toujours nu ! A quoi il joue là ? Je n'ai jamais demandé de jouer à ce jeu.... Je veux une marrelleeeeee! C'est trop flippant pour moi ce genre de scène... Même si je suis protégée de ma robe ! Père!!!!! Non je dois m'en sortir seule... Mais je veux qu'il sorte de sur moi! Il me colle de trop!!! Faut que j'attrappe mon canif! Hein de quoi ? Mais il fait quoi là encore ?

- Noooonnn! Arrête! C'est un ordre !

Je m'en fiche que je sois pas en état de donner un ordre ! Il va trop loin là ! Vraiment trop loin ! J'ai jamais dis que j'étais solidaire ! Je veux garder mes vètements !!! Ma robe ! Ne m'abandonne pas ! Ne me laisse pas nue... même si mon corps est magnifique.... Non revient! Pffff je crie après mes affaires moi... Je fais que crier... Mentalement... Je crois que je suis trop choquée pour réagir... A part si... ? Non. Non et non. Ca ne se peut pas... Je refuse de penser ne serait-ce qu'un instant ça ! Impossible... Et pis le proverbe est faux... Qui s'abstient conscent... Et pourtant ?... Non je ne suis pas maso... D'ailleurs je vais le tuer au moins ça réglera la question... Sauf que j'ai mal... Et qu'il me soule à boire mon sang... C'est simplement ça qui retient une Mortador ? Risible ! Et nos peaux se touchent... Et c'est dégouttant... Mais je ne dois pas réagir ainsi. Si je veux avoir l'occasion de saisir mon canif il faut que j'arrive à détourner son attention quelques instants... ça en va de mon honneur et peut-être plus même... Alors je me contente de sourire, tentant de cacher ma peur, il serait trop heureux... Et un plan germe dans mon esprit... Ma blessure à la cuisse a l'air de le rendre déjà un peu différent... Les sangues de n'importe quel degré sont toujours attirées par le sang... Inutile d'essayer de retourner l'arme contre lui il m'en empécherai vite... Mais la diriger contre moi... J'aimais l'idée ! Normal elle était de moi... Mais je devais faire attention, si je perdais trop de sangje m'évanouirai et ça il en était hors de question ! De ma main droite je saisis la main du C'leb qui portait le couteau, le contact me donnant la chaire de poule, et me tailladais profondément l'épaule gauche, priant que l'odeur de mon sang suffirait pour qu'il détourne son attention de mes gestes un instant. En retirant le couteau je retenais un nouveau cri. J'avais trop mal... Je ne pus empècher quelques larmes de couler cette fois-ci j'y avais été trop fort.... Puis je me penchais jusqu'à ma cheville et prenais le canif... et je l'enfonçai profondément dans le bassin du c'leb... Pourquoi avais-je été incapable de viser le coeur ?... Pourquoi je n'avais même pas essayer de le tuer ?

- J'espère que tu as eu le temps de te régaler le c'leb parce qu'il me semble que c'est à mon tour maintenant.

Et j'enfonçai mes dents dans son torse... Je savais que j'aurai peu de temps l'avantage mais je ne pouvais faire autre chose... J'espérais simplement que mon coup serait suffisament douloureux pour que je puisse m'éloigner en rampant puisque je ne pourrai pas me mettre à courir... Mais j'en doutais... Si j'avais eu une chance de m'en sortir ça se serait su... Et si je l'avais énervé plus qu'autre chose ? Non ! Je l'avais forcément fait souffrir! Je refusai l'idée qu'il soit insensible à ce que j'avais fait. Surtout que j'avais le gout dégouttant de son sang sur les lèvres. Je ne prenais pas la peine de cacher mon dégout. Quelle idée j'avais eu...

_________________


Peste à plein temps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tiens la peste! Que faire de toi? [ La peste ]

Revenir en haut Aller en bas

Tiens la peste! Que faire de toi? [ La peste ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Praetoria Noctis :: .::Poudlard::. [l'Extérieur] :: && Le terrain de Quidditch-