Praetoria Noctis


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

{ Fini } Quand la crainte et l'effroi se rencontrent... [feat Eden]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Angie W.Rhys
    Angie ;; Aaaangie when will those clouds all disapear... Fifille à son papa. ©

& then .. ?
Poudlard P. :
0/700  (0/700)
&. :
MessageSujet: { Fini } Quand la crainte et l'effroi se rencontrent... [feat Eden] Jeu 16 Déc - 18:44


I'm scared and not sure that You are safe
But Your eyes seem to say that You are good
Le temps s'enfuit, le temps nous manque, le temps s'arrête et pourtant il est toujours présent. L'éternité n'était peut être qu'un tas de poussières risibles? Que lui apportait-elle à présent? Pour une fois dans son existence, le temps manquait à Angelina. Elle avait voulu le défier, bien trop souvent surement, et l'avait sous estimé, ce qui l'amenait à être confrontée à sa vengeance aujourd'hui. Potter et ses amis étaient introuvable, alors que le mal gagnait de la puissance. Stupide trace, pourquoi fallait-il que les sorciers disposent de la majorité à un âge beaucoup plus avancé que dans le monde des moldus? Et encore, pourrait-elle l'user pour le retrouver? Si elle se concentrait, il n'était pas nécessaire d'en poser le questionnement, mais la concentration lui faisait défauts. Le jeu l'égayait plus, et ce depuis toujours... D'autant plus lorsque celui-ci mettait en exergue des personnes qu'elle appréciait, et qui finalement pourraient lui apporter bien plus qu'une simple revanche. Elle se perdait à penser à ce qu'ils s'étaient passés dernièrement, si bien qu'il lui arrivait de croire en une présence qu'elle attendait. Rejetant ses cheveux vers l'arrière, à l'aide d'une main sure, son regard se tournait au même moment, pour être confronté au néant. Il n'y avait personne, et ce constat faisait que ses lèvres s'étiraient de manière à dévoiler un sourire en coin. Elle était en train de se prendre à son propre jeu, constatant sans effroi qu'elle était vulnérable elle aussi. La jeune vampire, aussi fière soit-elle, avait depuis longtemps compris que le fait d'être vulnérable constituait une force, surtout lorsque cette dernière est soutenue par un sentiment partagé à deux. Ou pas... Visiblement, personne n'avait pu parvenir à lui faire ressentir ce genre de choses, si ce n'était son calice, mais là encore le lien était moindre en comparaison à celui ci. Mangemort, Auror, Partisan, ces termes étaient risibles pour la jeune femme. Car ils dissimulaient uniquement un attachement à un groupe afin de se complaire dans quelque essais aussi grotesques soient-ils, veillant à mettre en avant une unique personne : Jedusor. Rien qu'à la pensée de cette nomination, la vampire grimaça de dégout, et son regard devint aussi noir que la nuit sans lune qui veillait au dessus des élèves de Poudlard. Son estime et ce sentiment aussi fort qu'il puisse l'être quant à l'idée de croiser à nouveau ce mage, ne faisaient rien à sa soif de revanche, pour son maître. Maître... comment un simple humain pouvait-il exiger une telle appellation alors qu'il ne se situait qu'au plus bas de l'échelle? Son poing se serra, effritant par sa force et sa froideur la pomme de pin qu'elle avait ramassé avant de se rendre à ce point de réflexion. Les tremblements de son corps exprimaient sa colère, si bien qu'il s'apparentait aux feuilles victimes de leur existence, prête à céder sous l'effet de la brise. Weasley! Il fallait qu'elle y mette la main dessus coûte que coûte... Elle aurait très bien pu demander de l'aide à Léo, ce dernier aurait accouru dés ses premiers vœux et en aurait été honoré, cependant cela signifiait être esclave d'une tierce personne. Angie ne l'était pas, et se refusait de l'être. Beaucoup y verraient, tout comme elle, une marque d'orgueil et de fierté la guidant sur la bonne voie de l'égoïsme, mais cela ne cacherait-il pas autre chose? Une protection, une assurance qu'elle vouait inconsciemment, et qui lui faisait office de soutien personnel pour ne pas faillir. Les vampires ne sont-ils pas connus pour leur vie préservation naturelle qu'ils se vouent l'un à l'autre. Ne sont-ils pas un même clan? Ils ne sont que ce qu'ils aspirent à être, et sont loin d'être les monstres auxquels on les compare tant. Du moins, du point de vue d'un vampire...

La pensée pour Léo l'apaisa quelque peu, si bien qu'elle jeta un regard vers cet endroit où ils s'étaient expliqués dernièrement. Un soupir las et signe avant coureur de sa réflexion émana de sa bouche, laissant virevolter devant une fumée imperceptible. Les récents évènements ne lui plairaient probablement pas, ce qui les conduirait tous deux vers une dispute sans fin. Angie, par ses choix, était en train d'arriver au point de non retour de son existence. Elle y aspirait depuis le début, même si elle se plaisait à établir ce lien avec son calice. Le laisser serait bénéfique pour lui, le maintenir loin de tout ce qu'il avait pu connaître, et lui permettre un nouveau départ... Elle userait bien volontiers du même sort qu'elle avait invoqué sur ses parents alors qu'ils la pensaient défunte, de manière à leur dissimuler une peine inexistante, mais Léo n'accepterait jamais un tel sort sur lui. Il se rendrait compte tôt ou tard que son existence était lié à celle d'une autre : la sienne. Par conséquent, elle le laisserait partir ... seul. Une nouvelle sensation étrange s'éprit d'elle et l'incita à regarder par dessus son épaule pour se confronter au silence et à l'ombre, jusqu'à ce qu'elle ne prenne conscience que quelque chose approchait. Immobile, elle fixait la noirceur des lieux, attendant simplement l'arrivée de ce qu'il se tramait. Moins de quelques minutes plus tard elle savait... et instinctivement son regard descendit pour admirer le sol. Il était là, et venait pour elle. Elle percevait son aura bénéfique et menaçante qui lui était familière.

 « Naguère j'attendais la potence, mais aujourd'hui l'honneur de ta présence est bien plus avantageuse. »

Elle brisa le silence la première, sachant qu'il se tenait derrière elle. L'écho de sa voix se perdit dans les méandres des bois, la laissant ainsi incertaine de ce qu'elle avançait. Ou pas... C'était un honneur pour elle qu'il soit présent à ses côtés, qu'il vienne prendre de ses nouvelles, ou au contraire la mettre en garde face à une danger certain. La vampire daigna détourner son regard pour le poser sur son créateur, regard empli de fierté et de sérieux qu'elle n'avait que lorsqu'elle était avec lui. Leurs différents passés les avaient mené tous les deux vers cette voie, si bien que le respect mutuel était bien plus fort que des mésententes parfois puériles, portant sur des sujets de rangs.

 « Aie-je l'autorisation de suggérer l'idée que le manque de ta présence commençait à être pesant? » Elle détourna un instant son regard, le posant à nouveau dans l'obscurité nocturne.  « Le vent a finalement tourné en ma faveur, je suis contente. »

Un mince sourire s'étira sur ses lèvres, alors qu'elle annonçait ses ressentis quand à la venue d'Eden pour elle. A moins que... Un voile de questionnements prit place dans ses yeux, l'obligeant à froncer ceux ci, tout en constatant à voix haute.

 « Mais tu n'es pas venu pour moi... Que vaut un tel déplacement du grand Eden à Poudlard? »

La jeune vampire prit un regard plus sombre quant à l'éventuelle remarque de son aïeul. Si bien qu'elle se complaisait déjà à rentrer dans de nouveaux plans visant à assouvir sa soif. Et ce malgré les réticences de son créateur à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hysteria.forums-actifs.net/forum.htm
avatar

Eden J. Ezekïel
    Eden La Perfection au f... masculin.
Eden La Perfection au f... masculin.
MessageSujet: Re: { Fini } Quand la crainte et l'effroi se rencontrent... [feat Eden] Ven 17 Déc - 17:48

« Quand le ciel bas et lourd pese comme un couvercle… sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis. Et que de l’horizon embrassant tout le cercle… II nous verse un jour noir plus triste que les nuits… ? »

Psalmodiant comme un vieux poème ces quelques vers , l’homme… marche, les rues de toutes les villes n’ont plus de secrets pour lui, il y’a tellement longtemps qu’il est l’un de ces errants. Le bas de son visage caché par une echarpe bleutée relevée jusqu’au dessus des lèvres, il avance. Ses cheveux lui retombent dans le dos en un catogan bien net. Blonds un rien usés, mais lisses. Beaux. Nets. Il porte un costume gris noir, et un long manteau qui lui descend jusqu’aux chevilles. Virevoltant au vent, Echevelé a travers la nuit noire. Il marche. Il recite ce vieux poème de Baudelaire dans la langue de celui ci. Il erre. Il traine. Mais quelque chose l’appelle plus loin. Vers cet immense château, vers la bas. Il a des choses à faire, il a des gens à voir. Une nouvelle dispute, dans la quelle il n’haussera pas la voix. Comme toujours. A jamais. Une vague de ressentir, de tristesse se glisse dans ses yeux azurs. Les temps sont durs, il y’a tant de ces gens qu’il aime, qui finiront par trouver la mort, même des immortels. Non. La phrase précédente est peut être faussée… Y’a t’il tant de gens pour qui son cœur qui ne bat plus pourrait saigner encore… ? Il y’a eux.
Ma fille… Angelina. Je ne sais pas ce qui m’a pris ce soir la, cette nuit ou je l’ai crée, ou je l’ai… Enfantée , introduite dans le cercle des nocturnes errants. Le jour ou je l’ai condamnée à cette non vie- cette non mort. Je m’en maudis, chaque jours que les puissances accordent au monde. Et puis il y’a eux aussi, Tsukasa, pour qui il risquerait sa vie, et son clan par extension. Alana, qu’il considere comme une fille aussi… Et cette fille la… Luka. Puis Addison, une fille… Aussi. Mais de maniere différente. Oui, ils sont peu à trouver grâce à ses yeux, derrière son cœur de glace, dans sa carcasse d’immortel mélancolique. Et heureusement, ainsi quand il devrait quitter ce monde il n’y’aurait que peu de cœur qui pleureraient son absence. A quoi bon d’ailleurs pleurer les absences, il… le savait pourtant. Il y’avait une absence qui le faisait saigner encore bien souvent. Il ne le dirait pas. Jamais.

Les minutes cruelles passent, un léger mouvement de son manteau, il se retrouve dans la sombre forèt. L’odeur, l’aura lui est trop familière, il avance discrètement. Ses pieds touchent à peine le sol. Il ne veut pas être remarqué si ce n’est par elle. Elle peut le sentir il le sait, il ne se cache pas de ses sens developpé. Il fait nuit, il avance et se poste derrière elle. Baissant un rien son echarpe, laissant ses cheveux à la merci du vent qui battait les branches et les corps. Et puis elle brisa le silence, d’une sentence trop vraie. Regard sérieux, fier, de la pas si jeune femme qui croisa celui similaire de son créateur. Lueur de mélancolie dans ses iris céruléens, il la regardait avec fierté, avec cette tendresse qu’il avait surtout avec elle. Loin des yeux teintés de sang qu’il avait quand il était en colère. Il était lui même. L’ame nostalgique d’un temps désormais dissous. L’idée d’une absence pesante, pour lui qui se voulait sans attache, semblait risible et un rien ironique, mais il n’en était rien, ce n’etait pas ça. Il ne voulait pas rester trop proche comme un père trop présent, trop protecteur. Pourtant, il n’était jamais loin.

« Les plus jolis papillons apprennent mieux à voler, si il n’y’a personne pour leur tenir les ailes. » Il esquissa un sourire qui se voulait sincère, qui devait paraître plutôt triste. Certaines choses devaient rester en l’état. D’autres choses devaient être faites. Et sa Fille, Son Angelina emit l’hypothese qu’il n’était pas la pour elle. Elle n’avait pas tort, il y’avait des choses dont il voulait s’entretenir avec quelqu’un. Il y’avait quelque chose qui menaçait, et a l’interieur même de Poudlard une personne pouvait agir. Non, il n’etait pas ici pour voir sa création et s’entretenir avec elle. Pourtant, il avait fait exprès de passer par ici non … ? Il avait fait exprès de laisser son énergie spirituelle lui arrivait a l’esprit. Il s’était fait remarquer et avait glissé ses pas derrière les siens.

« Certaines choses doivent être réglées et ce soir est en fait un bon soir pour que je le fasse. Parfois il se peut que ma retraite se brise. » Il leva un temps les yeux vers la Lune. Voilée d’un nuage noir, teintée d’un vermeil. « Séléné rougeoie, Angelina, tu ne devrais pas rester ici. » Son ton, n’était ni moralisateur, ni condescendant. Une simple remarque dans la solitude de la nuit. Le bruissement des feuilles. Il esquisse un léger sourire, la couleur de ses yeux ne varie pas, et il arrange un rien son echarpe. Il ne fait pas froid. Il ne pourrait le ressentir de toute maniere, mais cette tenue lui plait. Elle est sienne, elle est ce qui le caracterise dans son androgynie innée. Sa tenue, ses airs, ses fines mains et son regard qui ne change pas. Son regard troublant pour ceux qui ne le connaissent pas. Il a traversé les ages ainsi, et porte derrière la façade de ses yeux parfois froid, le poids de trop d’années, de guerres et de revoltes. Humaines ou sorcières. Lui. N’avait jamais rien demandé à tout cela. Mais à vendre son ame au diable on ne la recupere jamais en bon état.

« Cela dit, mon Ange, ne crois pas que ton absence ne pese pas sur mon cœur immortel. Il ne se passe pas un jour sans que je cherche ta trace et te souhaite le bonheur. » Il parle, de ces mots doux, qui disent plus qu’en apparence. Il aime peut être, pour un vampire il est probablement plus humains, que ceux qui respirent encore. Et ce qu’il dit est toujours empreint d’une sincérité sans borne. C’est pour elle après tout qu’il ne reste pas vraiment sur son chemin, et parce qu’il est d’un tempérament solitaire. Aussi. Oui.

Le vent rabat une meche devant le visage de sa fille, et machinalement, avec une tendresse sans borne, il la remet derrière son oreille. « Maintenant, que je suis la, peut être pourrais tu me faire l’honneur d’une conversation ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Angie W.Rhys
    Angie ;; Aaaangie when will those clouds all disapear... Fifille à son papa. ©

& then .. ?
Poudlard P. :
0/700  (0/700)
&. :
MessageSujet: Re: { Fini } Quand la crainte et l'effroi se rencontrent... [feat Eden] Jeu 23 Déc - 16:25

Le silence, l'air, l'atmosphère, le temps semblait s'être suspendu dés qu'il était entré dans ce décor si irréel. Comme à chacune de leur rencontre, la jeune vampire avait une impression de déjà vu. Un cocon s'installait dés qu'il pénétrait sa sphère invisible, les sentiments de compassion et de respect étaient mis en exergue, même si la rage et la colère s'endormaient pour un temps. Il était son créateur, son … père, celui sans qui elle n'aurait pu connaître une jouissance pareille, et sans qui elle ne saurait exister. Il rompit son propre silence, en évoquant une idée qui laissa Angie sourire pleinement. Malgré ses défauts, il était le père idéal, celui qu'une fille aurait toujours aimé, et celui qu'elle aurait toujours voulu préserver. Son âge et sa sagesse se reflétaient dans ses yeux, imperceptibles, mais qui laissaient, pourtant entrevoir un amour à son égard. L'aimait-il vraiment? Angie se plaisait à croire dans un premier temps que oui, cependant, consciente de son caractère solitaire, et changeant, elle doutait parfois. Mais ce soir, il l'aimait, du moins en ce moment même. Tout comme elle l'aimait autant qu'elle pouvait le détester lorsque leurs idées ne se coordonnaient pas. Ce regard pourtant si amical lui laissait percevoir une inquiétude. Eden souhaitait visiblement la mettre au courant d'une information, qu'elle devrait chercher seule. Ils agissaient toujours de la sorte, ne se donnant pas entièrement des réponses, mais se guidant pour les trouver. N'avaient-ils pas l'éternité devant eux? La réponse à cette simple interrogation n'était pas aussi évidente que pour des temps plus reculés. Et le commentaire de son créateur à propos de 'cette affaire' ne fit qu'accroître cette sensation de manque de temps à la vampire. Quelque chose était en train de se produire. Une chose grave pour qu'il décide de ne plus rester en retrait. Les yeux de la jeune femme se plissèrent, alors que son regard se perdait au devant. Un horizon noir, éclairé par la simple présence de la lune rousse et pleine. Sa réflexion fut troublée alors qu'il élevait une nouvelle fois sa voix pour la mettre en garde. Les vampires avaient cette faculté de se protéger les uns les autres, chose qui manquait cruellement aux humains, trop égoïstes envers eux même et leur propre pouvoir pour comprendre qu'une union valait mieux qu'une élévation de son propre chef.

 « Pourtant Eole a permit notre rencontre... »

Son ton était semblable à celui de son aïeul, même si il se voulait insistant. Le silence aurait probablement était suffisant pour lui répondre, cependant, elle ne pouvait se taire bien longtemps en sa présence. Son érudition parlait, laissant vagabonder son esprit vers des contrées qu'elle avait arpentait jadis. Leurs regards se croisèrent, si bien que Angie se perdit dans un sourire alors qu'il complaisait sa remarque interne vis à vis de son amour. Mais un voile de curiosité vint transpercer de ses rayons ce sentiment de bienséance. Le 'bonheur', « son bonheur », depuis quand évoquait-il une telle chose? Lui qui avait toujours laissé sous entendre qu'elle lui faisait défaut dans de nombreux domaines. Que pouvait-elle ajouter à cela? Aucune réponse n'était digne d'être entreprise, ou même donnée. Seuls les gestes étaient plausibles d'apporter un semblant de dignité à cette remarque. Sans faillir devant son propre père, la vampire le laissa replacer une mèche derrière son oreille, marque d'attention qui signifiait bien son attention pour elle. Telle une fille éprise de son père, Angelina le fixa en venant chercher sa main éternellement froide de la sienne, semblable à de la glace.

 « N'est ce point ce qu'une fille puisse offrir à son père? »

Un sourire gratifiant prit place sur ses lèvres, alors qu'elle relâchait sa main pour venir trouver sa baguette. D'un geste gracieux mais laissant entrevoir sa force, elle la leva afin de faire se dessiner dans la roche, des fauteuils éternels, semblable à ce qu'ils étaient.

 « Je suis navrée de ne pouvoir t'offrir un festin... J'espère que mon hospitalité et ma présence te seront suffisantes pour ce soir. »

Elle lui devait tout, alors que lui n'avait rien à lui offrir en retour. Honteuse de cette remarque, elle baissa son regard tout en invitant son hôte à s'installer. Elle le fixa de ce même regard curieux, alors que ses yeux remontaient petit à petit sur sa silhouette cadavérique qui le caractérisait. Ce qu'elle allait entendre n'allait pas lui plaire, elle le savait avant même que ne débute leur conversation, comme à chaque fois qu'ils devaient discourir sur un sujet. Prenant place sur un siège, elle laissa le silence faire ce qu'il avait à faire, avant de l'interrompre.

 « Quelles sont les nouvelles de l'extérieur? Mes chemins ne font que me mener vers Prés au Lard, où les Mangemorts ont instauré une dictature à leur égard. »

Dans sa hâte, la jeune femme venait de laisser sous entendre une chose. Mais qu'importe finalement, elle était certaine que son créateur était déjà au courant de tout. Sa potence allait probablement venir, elle n'avait plus qu'à l'attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hysteria.forums-actifs.net/forum.htm
avatar

Eden J. Ezekïel
    Eden La Perfection au f... masculin.
Eden La Perfection au f... masculin.
MessageSujet: Re: { Fini } Quand la crainte et l'effroi se rencontrent... [feat Eden] Ven 24 Déc - 19:56

Il ne dit mot tout d’abord. Il ne sait pourquoi… Il attend. Il ne sait pas vraiment ce qu’il attend en fait, serait-ce un geste un signe ? Il se perd dans la contemplation de la pale lune qu’un nuage de sang voile. Il sait, que tout est different, l’atmosphere ce soir est lourde, il languit de quelqu’un qu’il n’a plus depuis bien trop longtemps. Il sait que les choses un jour on été différentes mais il sait trop bien les mots… Il demeure, il sait trop bien les douleurs, les maux… Les souffrances ? Trop de choses ont été dites, ou trop peu peut être. Sa fille… Il ne fut pas le premier à rompre le silence de la nuit, mais il parla quand même de son usuelle et fatiguée voix. Elle lui avait manqué, les choses étaient limpides , elle lui avait manqué… et elle continuait de lui manquer comme une partie de son cœur qui ne se réparerait plus jamais maintenant. Les cartes de cette partie la avaient été jouées il y’avait bien longtemps, et les jeunes années d’Angelina étaient révolues. Elle ne serait certes aussi sage que lui, elle ne serait jamais celle qu’il aimerait qu’elle soit. Mais il savait qu’il n’etait la que pour l’aiguiller, qu’il n’etait la que pour la conseiller. Il ne l’avait pas sauvée pour la formater à son image, il l’avait… crée pour qu’elle vive… Une erreur, peut être. Mais il se plaisait à penser qu’a son contraire, elle, elle aimait la vie qu’elle menait. Chose que lui n’aimerait jamais… Jamais plus. Se repaitre du sang d’innocents… Se délecter de la vie des autres, il ne pouvait plus. Pourtant il avait jadis été comme ses pairs un sombre gardien de la nuit, laissant couler entre ses canines le sang de jeunes vierges et de nombreuses catins de bas etages qui avaient pu croiser sa route.

Les temps avaient changés. Certaines personnes, certaines choses avaient réussis à lui faire ouvrir les yeux, tandis que les meutes essayaient de lui faire changer d’avis. Depuis, il refusait beaucoup de compagnie, il n’y’avait qu’eux. Son clan en quelque sorte. Aglutination d’esprits libres dont il était le bienveillant patriarche. Certes, ce n’était pas une famille dans l’entendement moldu du terme. Il n’y’avait pas de grands repas le dimanche midi durant les quels les plus jeunes exposaient leur vie privée dissolus à leurs aïeux… Il n’y’avait pas de réveillon de Noel, pas d’habitation en fait. Mais, il y’avait dans leur cœur la sensation d’appartenir à quelque chose. Lui aussi il ressentait pour eux, ce petit quelque chose, qui lui donnait le sourire quand les nuits étaient plus sombres qu’elles n’auraient du l’être. Ses filles, son ami, et puis ces deux humaines dont le futur s’annoncait sombre. Non… il n’était ni voyant, ni prophète, il ressentait les choses en une vieille plainte que la nature ,que le monde lui adressait. Il avait mal pour les hommes dans sa grandeur, dans sa superbe. Et il souffrait de savoir qu’il devrait supporter encore de visualiser en témoin inactif de nombreuses morts, de nombreuses pertes. La guerre s’annoncait terrible.

Face à lui, son ange semblait vouloir le garder plus longtemps qu’un fugace moment. Il la comprenait bien, lui même dans son cœur ressentait l’attrait vers le bonheur que lui procurait sa présence. « Eole fait parfois des erreurs. Mais mon objectif ce soir, peut souffrir l’attente que causeront des retrouvailles avec un Ange. » Il esquissa un sourire à rendre jalouse la pale lune. Rien, ni personne n’oserait venir troubler son moment, lui voler ce bref instant de bonheur. Le plus beau cadeau qu’une fille puisse offrir à son père… ? Peut être. Il ne repondit pas, serrant furtivement la main glacée comme la sienne qui venait de l’attraper, profitant de la tendresse éphémère, regardant d’un œil surpris ensuite, sa fille, faire preuve d’un certains talent en magie pour leur créer une sorte de nid douillets. Magnifiques sieges, chef d’œuvre de puissance magique. Hochant la tête en une gestuelle bien rodée d’approbation silencieuse, il alla s’installer d’un pas lent faisant honneur à sa demarche éthérée. Relevant d’une voix posée la remarque sur le festin. « Qui a besoin d’un festin quand la conversation s’annonce agréable. » Pourtant, sa remarque lui entraina un soupir, légère lueur de tristesse derrière ses yeux mi clos. La conversation ne s’annonçait à vrai dire pas si facile. Il aurait preferé n’avoir jamais à la tenir, mais il n’etait pas un adepte de la technique de l’autruche, et préférait affronder les langues de flammes que d’enfoncer sa tête dans le sable, prétendant ne rien voir.

Profitant du silence, il pesait déjà les mots qu’il sortirait plus tard, diplomate comme à son habitude, évitant de frustrer celle qui comptait tant pour lui, ne voulant pas adopter une attitude moralisatrice qui ne lui convenait pas. Ce fut, comme il s’y attendait Angelina qui brisa le silence, et il se fendit d’un sourire, perdant sa main droite sur le col de sa veste, qu’il releva un rien, pour se protéger du vent. C’était certes inutile, il ne pouvait plus tomber malade, mais certaines habitudes ne se perdaient pas. Le moment fatidique était arrivé un peu trop tot, et il se refusait à être celui qui abaisserait le levier de la guillotine… Peut … être.

« A ce qui se raconte, tes chemins se sont même installés la bas. Le nécromant aurait visiblement atteint ton cœur. »

Voilà ce qui l’inquietait le plus, cet homme dont le nom lui échappait, que l’on disait si proche du seigneur des ténèbres, saurait il traiter avec égards la douce Angelina… Saurait il comprendre qu’elle devait faire ses propres choix et ne pas l’entrainer sur la mauvaise voie dans cette guerre inutile. Le vieux vampire se sentait colérique d’un coup, empli d’une envie de violence, qu’il refrenna aussitôt. Il ne pouvait pas se laisser dominer par certains instincts… Il ne … Pouvait pas se laisser dominer par la bete.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Angie W.Rhys
    Angie ;; Aaaangie when will those clouds all disapear... Fifille à son papa. ©

& then .. ?
Poudlard P. :
0/700  (0/700)
&. :
MessageSujet: Re: { Fini } Quand la crainte et l'effroi se rencontrent... [feat Eden] Lun 27 Déc - 16:03

Qu'est ce que la fierté si elle n'était pas partagée? Il n'y a aucun maux plus douloureux que ceux de constater avec lassitude d'une déception croissante et d'un remord éternel dans les yeux de celui que l'on aspire à devenir. Ou pas, elle ne souhaitait pas devenir comme son créateur, bien au contraire, elle aspirait maintenant à demeurer celle qu'elle était devenue. Froide, énigmatique, joueuse, vivante à sa manière. Angelina ne souhaitait pas devenir un être aussi las et aussi habitué du monde qui les entourait. Plus rien n'avait le moindre attrait pour lui, et la lueur de ses yeux ne s'était jamais présentée à elle. Peut être pour la simple raison qu'elle le décevait? Certainement d'ailleurs... Cependant elle n'était pas de celles qui changeaient pour les autres, si ce n'était que pour les personnes qu'elle avait aimé. Ses parents, son sang, ses créateurs originels, qui étaient en train de pourrir dans la terre à cause de son choix. Pourtant elle gardait à l'esprit qu'elle ne les décevait pas, elle était en vie, certes dans une non vie, mais elle respirait encore quand elle pensait en éprouver le besoin, elle était devenue puissante. Mais la puissance n'était rien, tant que l'on ne savait pas s'en servir, elle s'était rendue compte de ce fait pendant sa jeunesse, alors qu'elle n'était encore qu'une humaine. Et son créateur, Eden, n'avait cessé de lui répéter. Prendre garde à n'importe qui, ne pas se surestimer, apprendre de son ennemie pour mieux le faire tomber. La chute était une chose que les humains parvenaient à se remettre avec difficultés, c'est pourquoi elle savait en user quand le moment était opportun. Mais là encore, elle avait sous estimé son propre ennemi, à savoir elle même et ses songes, c'est pourquoi elle n'avait pu faire abstraction à ses sentiments qui l'entouraient. Tout d'abord avec Léo, son calice, qu'elle aimait comme si il s'agissait de son propre enfant, et maintenant Lemnus, qu'elle percevait comme son amant éternel. La puissance lui faisait défaut, et c'est ce qui décevait tant son aïeul. Le temps avait eu raison d'elle, et elle se confortait à penser que malgré tout elle demeurait celle qu'il avait crée. La sincérité de son regard lui démontrait que cette pensée était encore à l'ordre du jour. Alors elle souriait, et elle appréciait ce qu'il lui offrait: sa présence.

Son simple sourire lui réchauffait le cœur, et lui permettait de lui rendre de son pâle charisme, ce qu'il lui offrait, avec un peu moins de beauté toutefois. C'était comme dans ce roman, datant des années 1950, où la simple présence ou la simple évocation d'un nom permettait à l'espoir de s'instaurer dans le cœur de ses soupirants. Eden était l'incarnation de la sagesse et de la pureté, la parfaite image d'une vampire. Et il lui faisait l'honneur de l'accompagner dans sa solitude pendant quelques instants. Une vague de bonheur envahit l'être entier de la jeune vampire, alors qu'il s'installait à son aise sur ce qu'elle venait de créer. Un modeste palier, qui, elle espérait, représenterait durant un temps un nid douillet. Pour un temps seulement... Il n'était pas nécessaire de garder ce vil projet tandis que l'on comme l'autre savaient pertinemment que la conversation ne serait pas amicale. Le respect restait toutefois présent, si bien qu'elle s'était hasardée une première fois à tendre le bâton pour se faire battre. Bien entendu, le coup de hache, visant à la décapiter ne tarda pas. Et ce constat lui arracha un rire lugubre, alors qu'elle se hasardait à répondre avec un ton joueur.

 « Les Parques me sont inutiles quand il s'agit de tes reproches. »

Elle osa hausser un de ses sourcils, alors qu'elle se hasardait à le fixer. Angie était sa création, il était certain qu'il sache avant tout autre ce qu'elle pouvait tramer, ou ce qu'elle pouvait éprouver à l'égard d'une personne.

 « Ton inquiétude peut se rendormir, mes choix demeurent intacts quant à cette guerre. Je ne m'y avancerai pas, si ce n'est pour détruire le seul qui m'a fait défaut.»

C'était là qu'il voulait en venir, à ce qu'elle aspirait ou ce qu'elle allait devenir. La neutralité et le fait de rester en arrière garde veillaient sur elle comme une sœur pouvait le faire. Cependant, le fait de se retrouver ainsi épier l'énervait. Garder le contrôle, et ne pas se trahir était une des choses qu'elle ne contrôlait pas.

 « Puis-je me permettre une question? » Elle n'attendit pas son autorisation que déjà elle énonça ses idéaux.  « Cette réaction qui t'anime est-elle sincère pour ma personne, ou simplement pour la crainte que tu as à ce que je tâche tant notre image aux yeux de tous? »

La pierre sous sa main s'effritait, signe de sa colère qu'elle ne pouvait réprimer. Son regard se dévia de son interlocuteur, afin qu'elle ne le laisse vagabonder vers d'autres contrées. Elle n'avait pas répondu directement, mais son comportement le mettait sur la voie de la raison. Angie avait noté qu'il n'avait employé son prénom, ce qui lui laissait croire qu'il ne lui était d'aucun intérêt. C'était une bonne chose, car de cette manière, Eden ne le trouverait pas et ne pourrait le mettre en danger. Elle endossait n'importe qu'elle responsabilité, tant que le mage demeurait sauf. Mais allait-elle pour autant revoir ses consentements? La vampire resterait éternellement celle qu'elle était, chose que son créateur paraissait oublier parfois. Ce qui n'était pas non plus une aubaine pour elle même.

 « Tes remords à mon égard en deviennent écœurants. Je suis l'image même de la fille ingrate, déception de son père, qui s'approche de l'ennemi en veillant à sa quête. Qu'elle honte n'est ce pas... »

Les mots résonnèrent sur les parois abruptes de la pierre, et certains se perdirent dans l'humidité de l'air. L'Angleterre à cette époque de l'année était connue pour son brouillard épais et sa fraicheur. Un peu comme l'esprit de la vampire alors qu'elle tenait de propos aussi durs que froids dans un corps doux et attristé. Un sourire las se dessina sur ses lèvres, alors qu'elle n'osait regardé son créateur encore une fois. Cela ne servait à rien, il allait finir d'abattre son joug sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hysteria.forums-actifs.net/forum.htm
avatar

Eden J. Ezekïel
    Eden La Perfection au f... masculin.
Eden La Perfection au f... masculin.
MessageSujet: Re: { Fini } Quand la crainte et l'effroi se rencontrent... [feat Eden] Sam 15 Jan - 23:51

C’etait un fait comme un autre, Eden Jessica Ezekïel , celui qu’ils surnommaient « l’Ange déchu » avec un lettre capitale, était un être très las. Blasé de son éternité et de sa condition de sanguinaire qui l’obligeait à se nourrir d’autrui pour se permettre la vie. La non mort précisément, car qu’était vivre si l’on avait plus rien a perdre. Certes oui… Il pouvait toujours perdre sa fille, ses filles, ou meme son clan par extension. Mais ce n’etait plus la, aussi cher que ce qu’il avait perdu. Au fil des années il avait developpé une attitude nonchalente par rapport à la mort. Plus rien ne le touchait. Plus rien ne pouvait vraiment lui faire du mal. Du moins en apparence, car au fond les souffrances de ses enfants, meme si ils n’etaient pas de sa chair, le tourmentaient au plus profond de cette ame qui restait ancrée en lui malgré les années.
Et Angelina particulièrement, lui offrait quelques soucis, quelques…. Si l’on pouvait dire ainsi, cheveux blancs.Il l’aimait, cette fille, cette humaine qu’il avait condamné à son existence, mais il n’arrivait jamais réellement à la regarder en face, conscient qu’il l’avait condamné, qu’il avait été le bourreau prononçant sa sentence à la non vie. Il portait bien assez sur ses maigres epaules. Lui qui n’avait jamais été un guerrier était devenu guerrier par excellence. Peut être, probablement, l’un des meilleurs en fait.

La. Dans un lieu aménagé a la va vite, un nid de fortune taillé dans la pierre, il n’aurait pas pu se sentir plus heureux. Son ange était en face de lui, et rien ne lui arracherait ce fait. C’était une bonne chose, aussi noire que s’annoncait la conversation. Aussi violente que s’annonçait la tempete. C’etait une bonne chose, ils discuteraient. Et meme si ils n’arrivaient pas à se mettre d’accord, les choses seraient dites. Il aurait la sagesse de ne rien lui imposer. Il le savait, imposer sa vision à quelqu’un n’etait qu’un effort vain, qui ne menait à rien.

La guerre… Le bien. Le mal. Choisir un camps, les choses de ce genre la, il en était bien loin. Lui, le farouche vampire, lui l’ancien assassin. Lui… Qui avait décidé de vivre en solitaire pour ne plus attenter à une seule vie. Il n’était pas la pour parler de camps à Angeline, lui, il aurait aimé qu’elle garde comme il l’avait fait, une certaine neutralité. Mais les choses étaient telles qu’elles en étaient différentes. Que pouvait il y faire ? Peut être tentait elle de le rassurer ? Peut être y arriverait elle… ? Peut être au final qu’il ne s’inquietait pas vraiment pour ce qu’elle pouvait faire.

Il lui faisait confiance.

« Je ne m’inquiete pas quand a tes choix par rapport à cette guerre. »

C’était un fait. Comment aurait il pu lui dire ? Que si il s’inquietait c’était pour ses souffrances… Que si il avait une sorte de peur engoncée au fond de son être c’est parce qu’il savait les affres qu’aimer un mortel pouvait causer. Pourtant, pouvait il réellement juger… ? Lui il aimait un … hybride ? Un chien, un loup. Et il l’aimait de tout son cœur, qui n’existait pourtant plus. Alors pouvait il donner des leçons ? Savait il ce que c’était de refuser chaque attaches…. ?

Peut être oui.

Il était calme. Jamais un mot de trop. Jamais un son plus haut que l’autre. Il était le calme et la sagesse incarnée. Pourtant la dernière phrase de sa… Fille. Provoqua en son être une ire insoupçonnée. Il aurait pu se lever, envoyer au diable ces pierres devant eux. Partir. Se fondre dans la foret et son immensité. Mais non. Il resta assis un temps. Ses yeux virant au blanc, et reprenant leur teinte initiale.

« Mon inquiétude mon ange, te concerne toi. Il me semblait que tu me connaissais assez pour savoir que je me contrefichais de notre image. Ne suis-je point après tout, celui qui n’hesite à éliminer ses pairs quand ils deviennent trop gênants ? Ou n’etais – je point un sanguinaire jadis ? Me connais tu si peu que cela ? » Ses paroles étaient peut être dures, mais il n’haussait pas le ton. Il n’en avait pas besoin. Il serait entendu. Et probablement compris.

Ou peut être que non.

« Je ne veux pas que tu souffre. Voilà tout. Quel… être crois tu donc que je sois ? »

Aussi sage soit il… Aussi blasé et las eut il pu être, les mots de celle qu’il avait crée. Les mots de son ange le blessaient, car elle ne le connaissait pas. Elle ne semblait pas savoir lire en lui, comme lui semblait lire en elle. Machinalement, dans sa demarche éthérée il se leva, et la toisa un temps du regard. De son regard froid parfois. Glacial. Et glacé.

« Pense ce que tu veux Angelina. Mais tu ne fais pas honte. Je me fiche de ta quete, ou du reste. Evite d’être blessée. Ou de souffrir plus que notre croix nous l’impose. »

Il se tut. Immobile et silencieux. Les oiseaux dans le lointain commençaient a reprendre vie…. ? Peut être. Il ne savait plus très bien… Ou il était en fait.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Angie W.Rhys
    Angie ;; Aaaangie when will those clouds all disapear... Fifille à son papa. ©

& then .. ?
Poudlard P. :
0/700  (0/700)
&. :
MessageSujet: Re: { Fini } Quand la crainte et l'effroi se rencontrent... [feat Eden] Mar 18 Jan - 17:26

Qu'est ce qu'un mot? Si il n'est présent que pour se briser contre un obstacle ou s'évanouir dans l'air. Qu'est ce qu'un regard? Si il se perd à la recherche d'un certain réconfort qu'il ne pourrait probablement connaître. Qu'est ce qu'un espoir? Si il ne peut se fonder sur des éléments concrets. La vie d'Angelina s'était fondée sur des questionnements de ce genre là, des questions qui la plupart du temps restaient suspendues dans les airs, sans réponse aucune. Une humaine pourrait-elle répondre à ses questions? Même une non vie ne permettait pas de telles réponses. Il suffisait de se complaire dans une existence que l'on nous a imposé, que la Fortune a faite pour nous, et dont les êtres qui nous entoure jouent un rôle déterminants pour enjoliver ou enlaidir la notre. Parfois, nous sommes confrontés à vouloir nous enfermer derrière un masque, d'autre fois nous souhaitant juste revêtir celui duquel nous aspirons. Peut être était-elle un mélange de ces deux visages, tel Janus, cette divinité capable du bien comme du mal. La jeune vampire était fière de ce qu'elle était, et revêtait aussi arrogante soit-elle le masque de son espoir, mais d'un autre côté revendiquait la sagesse de son aïeul. Un père comme elle n'en n'avait jamais eu, et comme elle n'aurait plus jamais. Eden était une source d'aspiration autant qu'il était une embouchure de répugnance. Son créateur, qu'elle respectait, même si elle osait lui exposer le fond de ses pensées. Son espoir inespéré de pouvoir un jour admirer une lueur de fierté dans son regard à son égard. Angie n'était qu'une fille qui voulait plaire à son père, et constatait avec amertume lors de leurs rencontres qu'elle n'y parviendrait jamais. Elle ne savait pourquoi, ou peut être justement si. Mais voulait jouer la comédie, et continuait ce jeu, autant que le temps leur permettrait. Il fallait voir ici, un moyen de se rassurer sur le fait qu'il serait toujours présent. Le seul probablement... Celui qui est confronté à sa même malédiction, même si elle le percevait comme étant une bénédiction, de voir le temps s'écouler. De ressentir le flux des années, comme étant un simple écoulement de minutes plus élargies. Il serait toujours présent, pour lui rappeler qu'elle le décevait, toujours...

Les mots avaient été lancé, jeté, lâché, ils avaient eu un impact, aussi funeste et sombre soit-il. La présence ne suffisait plus, ou devait perdurer justement. Mais la prise de conscience était douloureuse, le temps était révolu, tout comme la conversation allait l'être également. Angie s'était confronté sur les chemins arides qu'ils empruntaient toujours, niant la moindre délicatesse, sachant que son créateur aurait une quelconque réaction. De la sagesse dans un premier temps, elle fut comme rassurée de pouvoir comprendre qu'il ne se méfiait pas de ses choix. Il la connaissait ainsi toujours, et savait qu'elle demeurerait celle qu'il avait crée. Un mince sourire s'afficha ses lèvres et se perdit alors que leurs regardes se croisèrent. Sa sagesse se transformait en lassitude et cette chose arriva. Cette teinte qu'elle ne connaissait que trop bien pour l'avoir fréquentée bien souvent. Déception, colère, la vampire sentait une vague de crainte l'effleurer, alors que ses yeux arboraient leur couleur doré. Elle avait osé le défier dans ses paroles, et tel un père sermonnant sa fille, il commençait son récit en évoquant ce qu'il était. Bien sûr qu'elle savait tout cela, et jamais elle ne se serait permis un tel affront si il n'avait pas été son créateur. Son respect à son égard était présent quoi qu'il advienne, et elle ne répondit nullement à ce qu'il avançait. Le message était passé, la déception bien transmise. Les remords en revanche, n'étaient pas encore à l'ordre du jour. Et pour simple réponse, la vampire baissa son regard tout en serrant sa main contre la pierre, s'effritant sous sa force. Il surenchérit son accusation, en souhaitant sa non souffrance. Que pouvait-il connaître de la souffrance? Lui qui répugnait tant à l'idée de s'attacher à quiconque. Que pouvait-il faire si ce n'était se présenter et lui faire constater qu'il l'avait prévenu de ses mégardes, qu'elle n'était que la seule fautive de son mal être? Il souhaitait pour elle une chose qu'il ne comprenait pas, ce qui serra un peu plus la cœur meurtri de la non vivante. Il se présentait une fois encore las de cette discussion, déçu de son comportement, prêt à l'abandonner une fois encore.

 « Comment survivre sans calice? »

Fin, soif, tristesse, des mots s'étaient échappés, souhaitant juste oubliés ceux énoncés plus tôt. Il n'y avait rien à répondre à ces dires, et à sa sagesse. Autant aborder le problème de cette souffrance qui la faisait dépérir de jour en jour, alors qu'elle tentait de survivre.

 « Rien n'étanche ma soif... »

Peut être le retiendrait-elle quelques instants de plus? Peut être pourrait-elle lui prouver que de telles remarques étaient difficiles à prononcer pour elle. Elle n'appréciait pas, et ne le ferait jamais, de s'affaiblir de la sorte. De se dévoiler comme étant une créature soumise à des besoins vitaux, qu'elle ne pouvait contrôler. Mais il était son père et probablement le seul pouvant lui venir en aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hysteria.forums-actifs.net/forum.htm
avatar

Eden J. Ezekïel
    Eden La Perfection au f... masculin.
Eden La Perfection au f... masculin.
MessageSujet: Re: { Fini } Quand la crainte et l'effroi se rencontrent... [feat Eden] Mer 19 Jan - 22:42

Bien sur, les cartes étaient posées de telle maniere maintenant qu’elle ne devait rien connaître de lui. Ou plutôt pas grand chose. Et de fait, comment aurait il pu lui dire lui, tout ce qu’il supportait depuis de longues années déjà… ? Il avait connu la souffrance plus qu’elle ne pourrait jamais l’imaginer. Et ça… Il ne lui raconterait jamais. D’ailleurs au fond, elle ne le connaissait pas… Personne ne le connaissait et il préférait la vie ainsi. Ame solitaire. Ame errante. A l’interieur de son être, il était blessé… Car il sentait bien qu’elle ne le connaissait … Qu’elle ne le cernait pas. Mais qu’importait. Ils étaient la. Sa colère a lui bien palpable… Tout comme celle de la jeune femme. La colère. La tristesse peut être. Les sentiments a leur apogée dans leurs cœurs bléssés et brisés par l’absence de souffle.

Il se sentait impuissant. Cela dit qu’aurait il pu bien faire. Il n’etait pas l’archetype meme du père protecteur. Il n’etait pas un père. Il était un créateur mais à l’inverse de Pygmalion, il n’essayait pas d’aimer sa création, non, il essayait de la rendre heureuse. Il avait su des le début qu’elle serait différente de lui. Que ses envies seraient le total opposés des siennes. Il s’était douté qu’elle aimerait le sang, les calices et tout le reste. Il s’était douté qu’elle suivrait la voie qu’il avait abandonné….

Pourtant… Il ne pouvait pas s’empecher de se mordre lui, l’interieur de la lèvre, pour chercher ce sang qui ne venait pas. Qu’importait.

La vie sans un calice… ? Une faim qui ne se soignait pas. Il soupira un peu. Debout, il dominait littéralement la scène, de son aura angoissante et paisible à la fois. Il était tel un dieu sur cette terre aride. Il était divin dans toutes ses attitudes, jusqu'à la façon dont la buée ressortait de ses lèvres dans le froid de la nuit qu’ils partageaient tous les deux.

« Comment survivre tout simplement, Angelina. La question se pose et demeure encore sur toutes les lèvres de l’humanité.. »

Il esquissa un léger soupir, suivi d’un sourire dont il ne se departissait presque jamais.

« Les soifs sont la pour nous faire souffrir, mais cette souffrance ne fait que nous rendre plus fort ma fille. »

Lentement, comme sorti d’un reve il posa une main sur son epaule. Comme pour lui signifier qu’il était la. Meme si ils ne trouveraient pas un terrain d’entente dans leurs avis différents, leurs perceptions du monde si opposées. Lui. N’avait pas de calice. Lui… N’aimait pas le sang humain… Pourtant il l’avait versé par le passé bien plus que de raison… En une fraction de seconde, il esquissa un soupir et se rassit bien vite.

« Je sais ce que tu pense , je sais que tu te dis que je suis mal placé pour parler de souffrance. Mais tu ne me connais pas. »

C’etait dans sa fierté une ouverture pour qu’elle lui demande de lui parler de lui. Une ouverture pour qu’il se livre. Qu’il soit plus humain qu’il ne l’avait jamais été. Meme si il avait peur… ? La carapace, l’armure ne devait pas se briser… Jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Angie W.Rhys
    Angie ;; Aaaangie when will those clouds all disapear... Fifille à son papa. ©

& then .. ?
Poudlard P. :
0/700  (0/700)
&. :
MessageSujet: Re: { Fini } Quand la crainte et l'effroi se rencontrent... [feat Eden] Ven 21 Jan - 16:19

Qu'est ce qu'un jeu si il n'avait aucune règle à enfreindre? Qu'est ce qu'une éternité, si elle ne pouvait être perçu comme un défi? Qu'est ce qu'un don, si il ne pouvait être éveillé jusqu'à sa limite? Voici la clé de l'esprit d'Angelina... Une volonté d'aller de l'avant, de se dépasser, de s'accroître, pour dissimuler une peine intérieure, qui ne connaîtrait jamais de réconfort. Elle appréciait la vie qu'on lui avait infligé, tant bien même qu'elle considérait au delà de cela un cadeau qu'on lui avait offert. Une chose, dont elle serait éternellement reconnaissante à ce vampire qui l'effrayait, et que l'énervait en même temps. Que pouvait-elle en dire de plus? Il était son confident, en même temps qu'il était celui à qui elle cachait tout. Les mots ne servaient pas, seuls les gestes et les regards importaient, quand elle était en sa présence, elle le savait. Peut être était-il le seul à pouvoir lire en elle comme dans un livre ouvert... Un père avant même d'être un créateur... Un protecteur avant d'être un obstacle... Une présence avant de disparaître pour un temps indéterminé. Eden représentait autant pour elle, sans qu'un seul mot ne soit dit. C'est pourquoi, elle avait osé le défier, dans ses paroles. Lui, seul pouvait comprendre ce qu'une demie mesure pour la vampire signifiait dans un discours. Et il lui avait prouvé, il était resté là... encore. Son calice, lui lui avait fait défaut, la laissant ainsi seule dépérir d'une chose qu'elle n'avait souhaité. Les anciens ouvrages expliquaient qu'un vampire pouvait délaisser son calice, sans que cela ne l'entraîne sur une mauvais voix, qu'il était capable d'endosser la peine et le manque occasionné, mais qu'il perdrait une autre partie de son humanité... La dernière peut être? Puisque Angie pouvait dés à présent répondre, que le sang était son unique Graal et qu'il était devenu une obsession. Elle deviendrait esclave de sa condition, une bête plus brutale et violente qu'elle ne l'était déjà, à cause de lui...

Cela ne la dérangeait pas le moins du monde, au contraire, peut être deviendrait-elle plus puissante encore? Son organisme cherchant à connaître le pouvoir par n'importe quel moyen. Le mélange des sangs de ses victimes l'amènerait à devenir aussi forte que son aïeul. Et elle n'aurait aucun état d'âme quand à ce qu'elle faisait... Mais en avait-elle déjà à l'heure d'aujourd'hui? Il suffisait de se rendre compte des évènements passés pour avoir la réponse. Non, elle n'avait plus aucune once d'humanité, si ce n'était peut être pour aimer. Ainsi donc, elle avait eut un air las et fatigué en évoquant son problème à son créateur, ainsi donc, il n'avait eu aucun scrupule à lui répondre de la façon dont elle s'y attendait. Il était clair que ses dires s'apparentaient à la remarque si déplacé du « Je te l'avais dis, tu ne m'as pas écouté. », dans laquelle il fallait y ajouter de la compassion et des remords. Que Lucifer la brûle lui même au lieu de lui infliger une telle épreuve. La déception croissante de son aïeul lui rappelait tous les maux de la Terre. Les iris dorés de la vampire ne changèrent pas de couleur, alors que sa soif augmentait encore, sur les rythmes de cette souffrance énoncée. Lui même avouait qu'elle deviendrait plus forte, ce qui la conforta dans ses opinions. Mais il semblait si las et si amusé par la situation, que le poing de la vampire ne desserra pas son étreinte de marbre. De la pitié s'installa dans la scène... Faisant ainsi soupirer Angie. C'était écœurant de voir autant de remords dans son regard et dans ses gestes. Mais sa curiosité fut pour le moins égayée lorsqu'il avança le fait qu'elle ne le connaissait pas.

 « Aurais-je l'honneur de connaître ce que tu souhaites m'apprendre? »

Une prise de paroles bien rapide, marquant l'état d'esprit de la jeune fille. De l'impatience, de l'impulsivité, de la colère, tout ce qu'un vampire ne peut camoufler, et qui le caractérise tant.

 « Quels maux tourmentent ton noble cœur? »

Serait-il possible d'inverser les rôles? Serait-il possible que Angelina puisse enfin faire de son aïeul son égal, et non son maître? Des questions fendaient l'air, le rendant plus ou moins lourd. Un regard curieux se posa dans un autre, en quête d'une identification peut être... Elle ne pouvait rien prédire, l'avenir ne faisait pas partie de son dessein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hysteria.forums-actifs.net/forum.htm
avatar

Eden J. Ezekïel
    Eden La Perfection au f... masculin.
Eden La Perfection au f... masculin.
MessageSujet: Re: { Fini } Quand la crainte et l'effroi se rencontrent... [feat Eden] Dim 23 Jan - 15:24

La souffrance rend plus fort. Si il y’avait du avoir une petite phrase à sortir de cette conversation qui prenait place dés a présent c’était bien celle la. Les douleurs etaients des atouts, le manque mènerait a quelque chose de mieux. La privation. Un état supérieur de sagesse. Quelque chose que très peu d’êtres… vivants, d’êtres humains avaient pu atteindre. Dans sa non vie il y était arrivé. Plus rien d’autre n’avait de sens, que d’être le plus sage, que d’être le plus ecouté… Meme si, il le savait, personne ne l’ecoutait maintenant. Meme pas sa fille… sa création. Pourtant il ne s’enervait. Certes, il y’avait certains signes de colère qui ne trompaient pas, il les refrenait cependant à l’interieur de lui. Angelina souffrait et il ne pouvait rien faire. C’etait d’autant plus tragique, qu’il avait lui aussi connu les affres de l’amour et les douleurs. D’autant plus tragique qu’elle, elle ne l’écoutait pas.

Angie, sa fille, souffrait de la perte de son calice, semblait – il disparu, Léo pourtant avait toujours semblé être un bon petit gars. Un peu dépressif certes, mais quelqu’un de fiable, a qui il aurait volontiers confié la vie de sa fille. Visiblement il avait eu tort. Il irait régler cette histoire plus tard. Quand il aurait fini de parler avec sa fille, quand il aurait reglé ce qu’il devait régler à Poudlard. Oui… Il reglerait ça plus tard. Pour le moment tout cela pouvait attendre.

La colère passée, il s’était reassit. Et elle était impatiente, un peu trop impulsive à son gout. Lui au contraire cultivait la patience et le mystère. Les choses allaient peut être changer maintenant. Peut être qu’il pourrait lui apprendre quelques facettes de sa vie. Peut être qu’il pourrait… ? Non. Ca demeurait encore trop dur de parler de lui, de se raconter, même à cette fille la, sa fille. La seule qui comptait encore pour lui. Elle… Et Alana.

« Je ne sais pas Angelina, l’interet d’une vie n’est il pas de demeurer secret… ? »

Certes, elle pouvait lui objecter beaucoup de choses, ce n’était pas une vie qu’ils partageaient… Ce n’était qu’un simulacre. Une non vie. Une déception de plus. Il soupira un peu. Que pouvait il bien apprendre à celle qu’il avait condamné à la vie. Il était tellement las, de son existence toute entière. Tellement fatigué aussi. Peut être que tout raconter une fois, lui viendrait enfin en aide.

« J’ai vécu tellement de choses par le passé, que trois aurores au moins auraient le temps de venir avant que je n’ai terminé. »

Cette fois au contraire, ce fut un sourire qui se glissa sur ses fines lèvres fatiguées. Il aurait aimé pouvoir lui parler de lui. De ce qu’il avait été, le jeune adolescent fasciné par les sciences occultes dans une Russie en crise, le jeune aristocrate mordu par un vampire dans une ruelle abandonné. L’assassin sans pitié. Et puis l’amoureux, le traitre à son camps… Et puis le solitaire. Sa vie était teintée de vermeil, de sang. Sa vie était teintée de fuite, et il n’aimait pas vraiment cela. Mais il n’avait pas honte.

Non, il était très fier de tout ce qu’il avait pu vivre… Vraiment.

« J’ai été amoureux un jour. »

Sa voix soudainement se brisa un peu, se perdant dans le silence. Il ne pouvait pas. Il n’arrivait pas à parler d’elle, elle s’appelait Elizabeth. Tout était encore très clair dans sa tête. Mais il ne pouvait pas…. ?

Il ferma un temps les yeux, il pouvait encore tracer son visage dans son esprit. Mais… De la a en parler, il n’y’arrivait pas. Il ne savait plus faire.

« Le jour ne va pas tarder à se lever. »

Tentait-il encore de fuir… ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Angie W.Rhys
    Angie ;; Aaaangie when will those clouds all disapear... Fifille à son papa. ©

& then .. ?
Poudlard P. :
0/700  (0/700)
&. :
MessageSujet: Re: { Fini } Quand la crainte et l'effroi se rencontrent... [feat Eden] Lun 24 Jan - 12:47

Selon la religion égyptienne, la mort n'est que le commencement. Un début vers quelque chose de nouveau, qui permettait à l'âme de trouver un point de repère pour enfin connaître un sentiment de plénitude. Une non-vie est un gage, semblable à une offrande, permettant ainsi de gouter à l'éternité, sans se préoccuper des affres humains, et des immondices de la nature. Ce vieil adage, aussi sage soit-il, permettait dans sa naïveté, de prendre conscience d'une chose primordiale. La non-vie était un cadeau, mais ne permettait pas d'aller au delà des atrocités humaines. Car même dans l'immortalité, notre « âme » revêt son caractère le plus commun, celui d'une humanité sous-jacente, dissimulée sous d'autres traits plus sages. La jeune vampire, jeune par son âge, ne pouvait encore dissimuler complètement son humanité. Les signes tels que la colère, la violence, le désir, l'envie, la gourmandise, et autre pêché capital la rendait aussi froide que la boîte de Pandore avant elle. Les vampires étaient des non-vivants, mais demeuraient également des vivants dans leur esprit. Eden en était également un exemple, semblait-il autant qu'il le puisse se conforter à se dissimuler derrière son calme et sa justesse, il fuyait dés que la conversation n'allait pas dans une direction qu'il avait choisi. Voilà une chose qui rapprochaient père et fille, et dont Angelina se trouver confortée. Ils connaissaient tous deux les mêmes manques à présent, et qui sait, peut être même que l'histoire se répétait sur elle... N'en serait-elle pas fière? Elle qui désirait au plus profond d'elle acquérir une telle puissance. Certains attraits de sa vie étaient enviables, d'autres moins. Mais il lui démontrait une chose qu'elle ne pouvait reproduire, la fidélité envers elle, et l'amour qu'il lui portait également. Elle qui avait tendance à voir dans son dédain un signe avant coureur de déception ou autre insalubrité, voilà qu'elle parvenait enfin à entrevoir sa vision. Ce n'était pas de la déception... Du moins pas complètement, il s'agissait là d'une volonté de ne pas revoir sa vie se dérouler sous ses yeux, impuissant, comme il avait pu l'être à son époque.

 « Le jeu ne consiste t-il pas à le découvrir? Auquel cas ce ne saurait être un secret... »

Une confiance en elle retrouvée, une arrogance dans sa voix, Angie était à nouveau celle que l'on connaissait. De plus, il fallait voir en sa réponse une invitation pour qu'il se confie. Pour qu'ils puissent être plus rapprochés par quelque chose qui l'aurait scellé. Un besoin, une envie... Il la savait respectueuse envers lui, et muette quand il s'agissait de lui sous tirer des informations. N'en n'avait-il pas eu la preuve, lorsqu'il avait voulu aborder ses agissements envers Lemnus? Il semblait que son ouverture soit prise. Qu'il daigne enfin lui avouer quelque chose, pour faire d'elle son égal. Honorée par ce geste, la jeune femme ne répondit à sa remarque. Elle savait sa vie enrichie par de nombreuses actions. Elle connaissait certains bribes de son passé parce qu'il avait osé lui raconter. Mais elle savait qu'il omettait volontairement certains détails... Enfin pourrait-elle savoir, ce pourquoi il agissait de cette manière. Les souffrances qu'il avait vécu, et celles qui pourraient les rapprocher. Elle attendait, patiemment, malgré son impatience quand à ce qu'elle allait apprendre. Tout allait enfin être élucidé, ou peut être pas... Mais elle comprendrait probablement certaines choses. Trois aurores? Qu'est ce que trois aurores dans leur condition... Juste quelques heures dans une journée, rien de plus... Elle était prête à attendre pour savoir. Ses mots résonnèrent et percutèrent la roche qui les entourait, alors que la vampire chercha dans sa mémoire la personne qu'il aurait pu aimer. Il avait aimé... Cette phrase se répétait dans son esprit, alors qu'elle comprenait un peu pourquoi ils avaient plus ou moins de l'importance pour lui.

 « Une humaine? »

Son but n'était pas de lui rappeler des évènements douloureux, au contraire, il était juste celui de vouloir en savoir plus. Une curiosité qu'elle ne refrénait jamais, qui faisait d'elle ce qu'elle était. Et qui lui avait permit de faire la sourde oreille quand à sa dernière remarque. Il ne fuirait pas... Pas maintenant qu'il venait de lui apprendre ce fait.

 « C'est pour cette raison que tu le fuis tant. On te l'a enlevé... »

N'importe qui aurait pu en arriver à cette conclusion, à moins que...

 « Ou tu lui as pris la vie... »

Un acte de bonté ou de cruauté? Son père était à nouveau devenu un mystère. Ne sachant quel amant il pouvait être. Peut être était-il tout simplement comme elle?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hysteria.forums-actifs.net/forum.htm
avatar

Eden J. Ezekïel
    Eden La Perfection au f... masculin.
Eden La Perfection au f... masculin.
MessageSujet: Re: { Fini } Quand la crainte et l'effroi se rencontrent... [feat Eden] Mer 26 Jan - 12:23

Le bonheur, l’amour, la réjouissance… s’attacher à quelqu’un humain ou non humain. Tomber amoureux. Tomber tout court, il connaissait bien cela, il le fuyait maintenant. Il avait touché le bonheur du bout de ses doigts. Il avait goutté au sang d’une humaine qui ne s’offrait qu’a lui. Il avait touché du bout des doigts à beaucoup de choses. Au fond, il vivait dans un simulacre de vie, qui le poussait à mentir aux gens même qui l’entouraient. Il vivait dans une sorte de mensonge dont il ne sortirait pas vraiment. Il vivait… dans une sorte de reve dans le quel il était le seul à connaître la vérité.

Une bourrasque de vent lui rabatit les cheveux devant le visage, lui conférant des traits plus féminins qu’il n’en avait jamais eu. Androgyne parfait en un sens, il possédait la beauté des femmes et la force des hommes. Il possédait le fragile cœur des humains, et l’immortalité des créatures de la nuit. Il était un paradoxe cosmopolite, construit à partir des meilleurs et des pires morceaux de ce qu’il aurait pu être.

Alors bien sur il avait tenté de fuir , d’esquiver cette stupide conversation qui mènerait à beaucoup de réflexions, à beaucoup de choses de ce genre, mais il n’avait pas réussi. Il avait passé le stade ou il considérait la vie comme un jeu. Bien au contraire, maintenant la vie n’etait qu’une conséquence défaitiste, de l’une de ses actions passées. Il aurait aimé ne jamais être. Bien sur, ainsi il n’aurait pas engendré Angelina, il n’aurait jamais connu… Tout cela. Bien sur cela aurait peut être été une perte. Mais au fond, ce n’etait que sa vie…. ? La vie entière était une perte. Une déception peut être. Et si il racontait sa vie à sa douce Angelina, au fond n’etait ce pas ce qu’il craignait… ? D’être une déception pour elle… ? Que l’image du froid Eden se brise.

Que l’histoire se casse… ? Que le personnage qu’il avait passé tellement longtemps à montrer aux autres. La question qu’elle lui posa desuite après le fit frémir. Etait ce si facile à deviner qu’il eut gouté au bonheur avec une humaine ? Comment aurait il pu en être autrement lui qui haïssait les être comme lui a l’exception de ses filles ?

Se renfrognant un peu dans le fauteuil de fortune, il laissa une ombre se glisser derrière ses grands yeux céruléens, puis il reprit un air sérieux et froid. Glacial, comme les conditions météorologiques qui les entouraient. Il n’y’avait plus de chaleur. Leurs corps etaients gelés de toutes les manieres. Angelina était trop curieuse, et les questions qu’elle posait, ou meme les suppositions qu’elle émettait causaient des goutelletes d’acide à l’interieur du cœur bien trop grand à son gout du grand et vieux vampire. Usé de tant de choses. Usé même de sa vie. La dernière replique cependant insuffla un peu de vie, un peu de colère derrière ses iris fatigués.

« Je ne l’ai pas tué. »

Cependant a ses yeux c’était tout comme. Il soupira. Si il avait pu pleurer, il l’aurait fait. Pas en public certes, pas devant elle. Il pleurerait plus tard. Il se rappellerait le souvenir de sa peau douce, et de ses lèvres tendres. Il se souviendrait du fatidique jour.

« Elle s’appellait Elizabeth. »

Sa voix se brisa un peu sur la fin, mais maintenant qu’il était lancé autant continuer ce qu’il avait vécu 45 Ans exactement auparavant, quand il n’etait encore qu’une ame en peine.
« Ca s’est passé avant que je ne te connaisse, la nuit ou je t’ai crée pour tout te dire, je portais encore sur moi son sang. »

Il était cryptique. Bien sur, il n’aimait pas parler de lui. C’etait une faiblesse qu’il ne voulait pas s’offrir.

« L’histoire était simple, je l’avais croisé dans une ruelle. Obsédé par elle malgré mes désirs assassins qui venaient à peine de se calmer à l’epoque, je l’ai suivi partout, jusqu'à lui sauver la vie un soir dans une ruelle. Dés lors je suis devenu son protecteur, puis son amant. Elle était professeur dans une école de fille, esprit libre et elle ne plaisait pas à tout le monde. J’etais un peu comme un ange gardien. La première fois qu’elle m’a embrassée, je lui ai revelé qui j’étais vraiment, et je lui ai tendu une arme pour qu’elle m’acheve si elle avait trop peur. Elle ne l’a pas fait. »

Il souriait maintenant au fil de son histoire.

« Malgré nos différences nous sommes restés amants durant de longues années, jusqu'à ce que je la laisse, conscient que j’etais traqué par un groupe de vampires qui n’aimaient pas mon revirement. Je lai laissé pour la protéger, mais au fond, en mon absence ils se sont vengés sur elle. C’est le soir ou je t’ai croisé… je venais de découvrir son corps et de la venger. Je ne … »

C’etait pour cela aussi qu’il avait crée Angie, parce qu’il n’aurait pas pu supporter de voir une deuxième innocente mourir en une même soirée. Parce que … la vie ne lui avait pas laissé le choix. Il soupira brusquement, les pupilles noires de colère par rapport a ce passé qu’il avait trop longtemps tu et qu’il ne pouvait malheureusement pas changer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Angie W.Rhys
    Angie ;; Aaaangie when will those clouds all disapear... Fifille à son papa. ©

& then .. ?
Poudlard P. :
0/700  (0/700)
&. :
MessageSujet: Re: { Fini } Quand la crainte et l'effroi se rencontrent... [feat Eden] Dim 30 Jan - 12:06

Un certain auteur français, connu dans le monde par sa célèbre madeleine, écrivit un jour que « L'art véritable n'a que faire de proclamations et s'accomplit dans le silence. » . D'ordinaire bavarde et envieuse de démontrer que tout comme Cicéron, elle pouvait connaître l'art de l'éloquence, Angelina savait pertinemment qu'il ne servait en rien d'adopter un comportement semblable lorsqu'elle était en compagnie de son créateur. Lui qui était si silencieux, et si mystérieux sur sa personne. Lui, qui continuait d'entretenir cette facette dissimulée aux yeux de tout, visant à l'élever au rang d'un maître, d'une entité que l'on aspirait à devenir, et que l'on détestait en prenant conscience que l'on ne pourrait y parvenir. Le silence était la meilleure façon pour lui, qui le côtoyait depuis d'innombrables années, de faire passer un message et dont Angie devait se garder de tenir. C'est ainsi que dans leurs sièges de marbres, ou d'une roche tout aussi semblable à la fraîcheur de leur peau, ils attendaient. Un geste, un signe, quelque chose qui aurait pu aider la jeune vampire à saisir ce moment opportun pour prendre la parole. Une parole remplie de curiosité et d'envie... Une parole visant à approfondir le passé d'un être qu'elle n'avait que trop côtoyé dans le passé, mais dont elle ignorait les principales lignes de son existence. Une remarque qui venait de le faire souffrir de l'intérieur...

Ses yeux, aussi magnifiques soient-ils venaient de prendre un aspect à la fois par leur forme que par leur couleur, effrayant. Serait-il en train de céder à un pulsion animale qu'il refrénait depuis longtemps? Angelina s'amusa de la situation, y voyant ainsi un retournement de situation qui était à son avantage. Cependant, et aussi désireuse de connaître la suite des aventures d'Eden, elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'il se confiait dans un but. Tout n'était qu'un prémisse vers quelque chose qu'elle devrait accomplir. Après tout, n'était-il pas son maître? Ne lui avait-il pas enseigné cet art de se livrer pour mieux manipuler. Il finirait forcément par lui demander une chose, ou était-ce simplement une façon de lui annoncer qu'elle allait mourir... Pourquoi s'encombrer de secrets lorsque l'on ait en présence d'un mort? Mais elle était déjà morte une fois, et cette expérience n'était pas prête de se répéter. Du moins pas dans son intention...

Il n'avait donc pas éteint la lumière qui émanait de l'être qu'il avait aimé jadis. La pensée qu'il ait pu tomber amoureux d'une simple humaine faisait rire intérieurement Angie. Lui qui les détestait tant, lui qui ne cessait de lui rappeler à quel point elle faisait des erreurs en s'encombrant d'humains, il ne valait finalement pas mieux qu'elle. Il était un pêcheur alors qu'il revendiquait cette aura de sainteté par sa sagesse. Et il connaissait la souffrance... Cette souffrance de devoir abandonner une personne chère, cette souffrance qui rendait plus fort, et qui laissait une part de notre humanité derrière ce que l'on était. Son regard se baissa alors qu'il commençait son récit. Ce constat était douloureux, tout comme ce qu'il lui racontait. Ainsi donc, cette Elizabeth était une humaine, jeu qu'il avait voulu instaurer et dans lequel il s'était perdu. Un sourire en coin s'étira sur les lèvres de la jeune fille alors qu'un flash traversa son esprit. N'oubliant son interlocuteur, il lui semblait vivre sa propre existence dans certains de ses mots. Il avait voulu la protéger dans un premier temps, tout comme elle le faisait avec Léo, puis il avait cédé à la tentation de l'aimer, tout comme elle avait pu goûter à ce plaisir avec Lemnus, qu'elle avait abandonné également. Mais pas pour le protéger, seulement pour le rendre plus fort... Elle aurait pu très bien continuer à se projeter à la place d'Eden, si seulement la chute finale de son récit n'avait pas été si brusque. Il l'avait perdu, son amour, celle qui l'avait rendu heureux pendant un temps, et c'est dans ce même constat qu'il l'avait crée, elle. Pas pour ce qu'elle était, pas non plus pour ce qu'elle aurait pu devenir, mais par soif de vengeance... ou pire de pitié.

Sa main se crispa sur la roche de manière à l'effriter, alors qu'elle se contenait de ne pas le frapper. Ne représentait-elle vraiment rien à ses yeux? Si ce n'était de la pitié et le reflet de son aventure passée. N'avait-elle aucune vertu qui ne pouvait nécessiter une sorte de respect? S'en était trop pour la vampire, avide de curiosité et dont les réponses n'allaient pas dans le sens qu'elle aurait souhaité. Un pion, une ombre, un reflet, voilà l'image qu'elle venait d'avoir d'elle même, alors qu'elle tentait juste de survivre dans sa condition.

 « Dans ce cas, il n'est nullement nécessaire que ma vision te rappelle une telle souffrance. »

Son ton aurait pu glacer n'importe quel humain, alors que son regard en aurait figé la plupart tout comme le décor pouvait l'être en cette soirée. La vampire se releva, vexée de ce qu'elle venait d'entendre, et ne souhaitant rester une minute de plus en compagnie de son aïeul. Sa violence venait d'être mise en exergue, et sa soif paraissait être primordiale à présent. Quitter ses lieux, et se nourrir semblaient être la meilleur solution avant que le jour ne se lève.

 « Au revoir Eden... »

Lança t-elle, alors qu'elle prenait déjà le chemin pour s'enfoncer dans l'obscurité de la foret. Elle ne laissa rien derrière elle, si ce n'était un murmure de ses pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hysteria.forums-actifs.net/forum.htm
avatar

Eden J. Ezekïel
    Eden La Perfection au f... masculin.
Eden La Perfection au f... masculin.
MessageSujet: Re: { Fini } Quand la crainte et l'effroi se rencontrent... [feat Eden] Sam 5 Fév - 13:27

Il était indubitable que c’était a cause, ou grâce à Elizabeth qu’il s’était mit à aimer les humains. Les humains qui l’avaient jadis consideré comme un monstre, et qu’il considérait comme des proies bien faciles. Alors oui, il avait été le pire des prédateurs, fier, sanguinaire. Et maintenant il n’était qu’un brave toutou. Enfin… Non. Il était plutôt un loup solitaire qui choisit de ne plus se nourrir des agneaux du seigneur. Un loup solitaire qui venait de confier à sa fille l’un de ses plus sombres secret. Marque de la confiance qu’il lui portait. Offre de paix avec celle avec qui il était bien souvent en conflit malgré lui. Offre de paix qui sembla se perdre dans la nuit , puisque les dernières phrases qu’il dit , la fin de ses mots s’effacant, tout cela sembla provoquer l’ire de la jeune vampire. Sa jeune création. Qui ne tarda pas à se lever , froide et emplie d’une haine et d’une violence exacerbées.

« Ce n’est pas ce que tu crois. »

Furent les seuls mots qu’ils prononça se levant à son tour dans toute sa splendeur de vampire. Mais il était trop tard, Angelina était déjà partie vers la foret pour probablement se nourrir. En un maigre au revoir. Lui restait la immobile. Il n’avait rien de plus à dire, ou rien de plus à faire probablement. Il ne pouvait plus qu’esperer une nouvelle entrevue avec elle, ou ils mettraient une fois de plus les choses au clair. Car il ne fallait pas se leurer, il fallait jouer cartes sur table, maintenant.

Seul dans l’obscurité, il maugréa un maigre sort de sa baguette pour rendre a la roche la forme qu’elle avait initialement. La foret ne portait plus maintenant les traces de leur visite. Mais en lui il portait indubitablement une nouvelle trace du temps. Il s’etait fait rattraper par son émotivité. Il n’etait pas si infaillible que cela. Et ce que les autres considéraient comme une faiblesse, au fond, lui le considérait comme une force. SA force. Tout en étant l’horrible créature qu’etait un vampire, il avait su conserver une certaine part d’humanité. Et il avait conscience de ses propres forces ainsi que de ses propres faiblesses.

Il restait le plus humain des vampires au fond. Et le plus puissant de tous les vampires qui hantaient les alentours de Londres en ce moment. Cela ne lui conférait pas un sentiment de surpuissance, bien au contraire. Ca ne lui donnait que l’envie de faire des emules. De créer des petits disciples… Enfin, façon de parler… d’influencer les autres pour qu’ils deviennent comme lui, et qu’a long terme humains et vampires cohabitent dans le meme état d’esprit que lui. Les vampires ayant pour vocation d’user de leur force exceptionnelle pour protéger les humains

Un long soupir se prit de lui alors qu’il disparaissait à son tour dans la nuit. Après tout il avait des choses à faire à Poudlard. Alice l’y attendait.

« FINI »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: { Fini } Quand la crainte et l'effroi se rencontrent... [feat Eden]

Revenir en haut Aller en bas

{ Fini } Quand la crainte et l'effroi se rencontrent... [feat Eden]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Praetoria Noctis :: .::Poudlard::. [l'Extérieur] :: && La forêt interdite-